/news/currentevents
Navigation

Une naturopathe «spécialiste du cancer» coupable

annie-juneau
Photo tirée de Vitacru.com Annie juneau. Naturopathe

Coup d'oeil sur cet article

Une naturopathe de Laval qui se présente comme une « spécialiste du cancer » en offrant notamment des lavements au café, vient d’être reconnue coupable d’exercice illégal de la médecine.

Jeudi, la Cour du Québec a tranché qu’Annie Juneau, propriétaire du Groupe Vitacru, a laissé croire qu’elle possédait « des connaissances médicales et [qu’elle était] en mesure de diagnostiquer une déficience de la santé ».

Elle est passible d’une amende pouvant varier entre 2500 $ et 62 000 $, mais qui reste à déterminer. 

C’est le Collège des médecins du Québec (CMQ), chargé d’appliquer les lois relatives à la médecine, qui a mené l’enquête. En novembre 2019, une agente prétendant chercher de l’information sur l’irrigation du côlon s’est rendue sous un nom d’emprunt à une consultation.

La naturopathe a d’ailleurs facturé un peu plus de 300 $ pour la visite et l’achat de produits naturels prescrits, peut-on lire dans le jugement.

Lavage de cerveau

Lors de l’échange, Annie Juneau a notamment mentionné qu’« on est brainwashé par le milieu médical ». Elle a confié à l’agente lire les tests sanguins de ses clients en cachette et qu’elle ne croyait pas aux maladies auto-immunes.

Se présentant aussi à l’agente d’enquête comme une « spécialiste du cancer », elle a même exposé « le traitement qu’elle offrirait à un client souffrant d’un cancer avancé de stade 4 ». 

Son site web vante aussi les mérites du lavement au café, une pratique qui remonterait à l’Égypte ancienne sans laquelle « les patients atteints de cancer privés de ses bienfaits ne se démontrent pas en mesure de se détoxifier à la vitesse que requiert une guérison optimale ».

Avertissements non suffisants

Autant en ligne, en consultation et en prescrivant des produits naturels, Annie Juneau a laissé croire illégalement à une personne raisonnable qu’elle pouvait exercer des actes réservés aux médecins, a tranché le tribunal.

Le CMQ souligne qu’en 2020-2021, près d’une dizaine de personnes ont été reconnues coupables d’une telle infraction.

Mme Juneau n’a pas rappelé Le Journal. La défense de cette dernière soutenait que son site web présente des avertissements voulant qu’elle n’offre pas d’avis médical et qu’elle s’identifie clairement comme naturopathe, ce qui n’est pas suffisant, a estimé la cour. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.