/investigations/sptrades
Navigation

10 ans après la commission Charbonneau: Violette Trépanier participe à des concours de scrabble

Que sont-ils devenus? Lisez notre dossier complet

GEN-COMMISSION-CHARBONNEAU
Photo d'archives Journal de Montréal Violette Trépanier à la barre de la commission Charbonneau, le vendredi 20 juin 2014, à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Violette Trépanier était directrice du financement et du recrutement du Parti libéral du Québec (PLQ) de 2001 à 2013 et ancienne ministre libérale sous Robert Bourassa et Daniel Johnson, entre 1989 et 1994.

Son passage devant la commission  

Violette Trépanier a déclaré, devant la Commission, en juin 2014, qu’elle ignorait tout de la pratique des prête-noms et que les firmes de génie auraient usé de ce stratagème à l’insu du parti. 

Elle a insisté pour dire qu’elle ne sollicitait pas d’entreprises, mais bien des personnes au sein d’entreprises. 

La ministre Nathalie Normandeau avait déclaré que c’était Mme Trépanier, parfois accompagnée de l’argentier du PLQ Marc Bibeau, qui annonçait les objectifs de financement aux élus lors des caucus. 

Ce qu'elle a dit en audience  

«Je suis extrêmement déçue et je suis fâchée, parce qu'on nous a bernés quelque part. Je ne peux pas croire que des professionnels du génie ont embarqué dans des affaires comme ça avec des stratagèmes aussi organisés.»

  • Écoutez Jean-Louis Fortin, Directeur du Bureau d'enquête de Québecor, sur QUB radio:

Ce qu’elle est devenue  

Trois ans après son passage devant la commission, notre Bureau d’enquête a révélé qu’elle n’avait pas dit toute la vérité lors de son témoignage. Par exemple, contrairement à ses déclarations, des courriels démontraient qu’elle contactait les cabinets pour faire cheminer des dossiers politiques, aidant ainsi des donateurs libéraux à se rapprocher du pouvoir. 

Nous avons aussi révélé qu’elle était une personne d’intérêt dans l’enquête Mâchurer de l’UPAC quant au financement politique illégal.

Mme Trépanier a été rencontrée par l’UPAC, et une perquisition a eu lieu chez elle en décembre 2016. Aucune accusation n’a été portée contre elle à ce jour. 

Cette ancienne enseignante de français, bientôt âgée de 77 ans, profite de sa retraite pour participer à des concours de scrabble. Il n’a pas été possible de la joindre.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.