/finance/business
Navigation

Charest était pour que la loi 101 s’applique au CN

L’ex-premier ministre a déjà signé une lettre en ce sens

Jean Charest
Photo d’archives Agence QMI, Marc DesRosiers L’ancien premier ministre du Québec Jean Charest, alors qu’il présidait un panel politique sur l’avenir de l’industrie aérospatiale canadienne, à Ottawa, en novembre 2019.

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien premier ministre du Québec Jean Charest, qui vient tout juste d’être nommé au conseil d’administration du Canadien National (CN), était jusqu’à tout récemment en faveur de l’application de la loi 101 dans les entreprises sous juridiction fédérale.

• À lire aussi: L’omniprésence de l’anglais au CN dénoncée de toutes parts

• À lire aussi: Canadien National: Jean Charest devra parler... en anglais!

• À lire aussi: Une nouvelle PDG et l’ex-premier ministre Jean Charest au CN

En 2020, six anciens premiers ministres péquistes et libéraux, incluant M. Charest, avaient appuyé les élus de l’Assemblée nationale qui réclamaient qu’Ottawa s’engage à favoriser l’application de la loi 101 dans les entreprises à charte fédérale au Québec. 

C’est notamment le cas d’Air Canada et du Canadien National, deux entreprises qui ont leur siège social à Montréal et qui sont sous le feu des critiques pour l’omniprésence de l’anglais au sein de la direction et du conseil d’administration. 

Le Journal a rapporté cette semaine que bien peu de francophones se retrouvent à la tête du CN, qui vient tout juste de nommer Tracy Robinson à sa direction, une unilingue anglophone. 

L’ancien premier ministre Jean Charest a aussi été nommé au conseil d’administration et il deviendra le seul francophone à siéger lors du départ du dirigeant actuel, Jean-Jacques Ruest, au cours des prochaines semaines. 

« Pas le porte-parole du CN »

Le Journal a tenté de savoir si M. Charest était toujours en faveur de l’application de la loi au CN, mais le principal intéressé n’a pas souhaité commenter. 

« Je suis un membre du conseil d’administration du CN, je ne suis pas le porte-parole du CN. Je ne donnerai pas d’entrevue sur le CN », a souligné cordialement, mais fermement, l’ancien premier ministre avant de conclure l’appel téléphonique.  

Selon la circulaire de 2020, les membres du conseil d’administration touchent entre 381 000 $ et 407 000 $. 

Le gouvernement caquiste veut faire passer le projet de loi 96, une réforme de la loi 101, lors de la prochaine session parlementaire. Le ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette, a souvent souligné son intention de soumettre les entreprises fédérales à la nouvelle mouture de la loi. 

À voir aussi 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.