/sports/football
Navigation

Finale de la conférence américaine: les Bengals n'ont rien à perdre face aux Chiefs

Joe Burrow
Photo AFP Joe Burrow

Coup d'oeil sur cet article

La beauté du parcours féérique de Joe Burrow et des Bengals, c’est que plus les semaines passent, moins ils ont à perdre. Une équipe qui joue sans pression est souvent capable de grandes choses.

• À lire aussi: En route vers le Super Bowl LVI: 10 histoires à surveiller en finales de conférences

• À lire aussi: C’est la fin pour Ben Roethlisberger

• À lire aussi: Une riche expérience pour Pier-Olivier Lestage avec les Seahawks

Qui attendait les Patriots et Tom Brady en 2001? Personne! À chaque match qu’ils gagnaient, c’était un chapitre de plus d’une petite histoire sympathique, qui allait prendre fin incessamment.

L’idée n’est certainement pas de comparer Burrow et les Bengals à une dynastie qui ne verra probablement jamais son égal.  

  • Écoutez le balado La Zone payante ci-dessous:   

Sauf qu’il y a un parallèle à faire entre les Bengals de 2021-22 et d’autres équipes dans l’histoire qui ont causé surprise par-dessus surprise pour aller jusqu’au bout de leurs ambitions.

Il suffit de penser, récemment, aux Eagles de 2017. Ils s’étaient tellement amusés de leur statut d'«underdogs» (négligés) qu’ils s’étaient créé une forme de ralliement avec leurs masques de chien!

Que dire des Giants de 2007, qui s’étaient qualifiés en séries sur la fesse avant d’aller renverser les redoutables Packers en finale de conférence, puis les invincibles Patriots au Super Bowl?

De surprises en surprises

C’était déjà un miracle que les Bengals se qualifient pour les séries cette année. Même leurs plus loyaux admirateurs reconnaîtront que ce n’était pas le plan.

Leur présence en séries étant un véritable vent de fraîcheur, personne n’aurait levé le ton s’ils avaient plié bagage au premier tour. Encore moins la semaine passée, face aux détenteurs du sommet dans la conférence, les Titans. Et pourtant, la route se poursuit.

Encore une fois, face aux Chiefs, les Bengals sont négligés. Si leur saison se termine effectivement en finale de conférence, ce sera déjà un retentissant succès. Bref, il n’y a pas la moindre pression extérieure sur les Bengals.

Joe Burrow
Photo AFP

Que Joe Burrow continue de performer admirablement bien ou qu’il s’effondre soudainement, il n’a rien à perdre. Même si, bien sûr, il est consumé par un ardent désir de vaincre.

Son retour au jeu spectaculaire après une blessure dévastatrice, son manque d’expérience et le fait qu’il ait sorti cette franchise de la morosité perpétuelle font en sorte que sa saison sera considérée comme un retentissant succès, peu importe le résultat. Il a tout raflé à LSU et il vient de guider les Bengals vers de nouveaux sommets. Il est déjà considéré comme un gagnant.

Existe-t-il une meilleure façon d’affronter les Chiefs qu’avec le cœur léger et la tête en paix?

Défi de taille

Tout cela étant dit, la mission d’aller battre les Chiefs à Kansas City est lourde. Difficile de croire que la ligne offensive éprouvée des Bengals résistera aux assauts du front défensif des Chiefs. La pression qui viendra de l’intérieur sera forte.

Dans leur duel de fin de saison, les Chiefs avaient opté à répétition pour le blitz afin de déstabiliser Burrow. Il avait opté pour des passes rapides le long des lignes de côté à Ja’Marr Chase. Il y a fort à parier que le coordonnateur défensif Steve Spagnuolo, un type d’expérience dans les grands moments, compliquera la vie de Burrow.

À l’attaque, les Chiefs profitent de nouveau de la symbiose entre Patrick Mahomes, Travis Kelce et Tyreek Hill. Les Mecole Hardman, Byron Pringle, Jerick McKinnon et autres contribuent également à complexifier le casse-tête.

Tyreek Hill et Patrick Mahomes
Photo AFP
Tyreek Hill et Patrick Mahomes

À la maison, Mahomes a lancé 24 passes de touché et une seule interception en huit matchs de séries. Kansas City en janvier, c’est cruel!

À vrai dire, le seul quart-arrière qui ait eu raison de lui en séries est Tom Brady. Une fois avec les Patriots et une fois avec les Buccaneers. Un tel exploit est à la portée de Joe Burrow, mais peut-être pas cette année.  

  • PRÉDICTION: Bengals 34, Chiefs 38  
  • PRÉDICTIONS EN SÉRIES: 7 en 10 (70%)  
  • TOTAL CETTE SAISON: 180 en 282 (63,8%)   

CINQ DUELS CLÉS  

L’expérience des Chiefs, qui en sont à une quatrième présence de suite en finale de conférence, pourra-t-elle faire la différence contre les jeunes Bengals, qui manquent de bagage dans les grands moments? Chose certaine, Joe Burrow et sa bande ne s’en laissent pas imposer dans leur parcours magique et sont difficiles à intimider. Les Chiefs se présentent avec leur attaque dévastatrice qui clique au bon moment, après avoir connu certains ennuis cette saison, et les Bengals peuvent être aussi explosifs. Voici cinq duels clés qui devraient être déterminants dans cet affrontement.


Patrick Mahomes contre Jessie Bates

Jessie Bates
Photo AFP
Jessie Bates

Patrick Mahomes est tout simplement en feu dans les présentes séries, avec huit passes de touché et une interception, en plus de 98 verges au sol et un touché. Au sein de la défensive des Bengals, le maraudeur Jessie Bates est le joueur le plus instinctif. Même s’il n’a pas connu une saison à la hauteur des attentes élevées, il est brillant depuis le début des séries, spécialement en couverture de passe. Mahomes devra avoir l'œil sur lui partout sur le terrain. Il exercera un rôle clé pour s’assurer que les tracés en croisé des vifs receveurs des Chiefs ne se soldent pas par de longs gains.


Chris Jones contre Quinton Spain

Chris Jones
Photo AFP
Chris Jones

Même si la défense des Chiefs n’est pas constante d’une semaine à l’autre, il n’y a probablement pas un joueur défensif dans ce match qui peut prendre le contrôle comme Chris Jones sait le faire quand il est au mieux de sa forme. Le plaqueur des Chiefs pourrait s’offrir un festin face à la faible ligne offensive des Bengals, particulièrement à l’intérieur. Les gardes Quinton Spain et Hakeem Adeniji en arrachent. Jones pourrait exercer une pression insoutenable, comme l’a fait le plaqueur Jeffery Simmons la semaine dernière.


Tyreek Hill contre Mike Hilton

Mike Hilton
Photo AFP
Mike Hilton

Difficile de dire à qui incombera principalement la tâche de limiter les dégâts face à Tyreek Hill, puisque les Chiefs le déploient d’un bout à l’autre de la ligne de mêlée. À l’intérieur, il fera face à Mike Hilton, une bonne addition dans la tertiaire des Bengals cette saison. Lors du dernier duel entre Chiefs et Bengals, Hill avait été plutôt discret, avec six réceptions pour 40 verges et aucun touché. Les Bengals voudront certainement lui assigner une double couverture, ce qui ouvre souvent le milieu du terrain à Travis Kelce. C’est toujours un casse-tête.


Orlando Brown contre Trey Hendrickson

Orlando Brown
Photo d'archives, AFP
Orlando Brown

Durant la saison morte, les Chiefs ont trimé dur pour remodeler leur ligne offensive. L’une des pièces maîtresses a été l’addition du bloqueur à gauche Orlando Brown. De leur côté, les Bengals ont transformé leur ligne défensive en optant pour Trey Hendrickson afin de remplacer Carl Lawson. Les deux grosses acquisitions devraient en venir aux prises régulièrement dans ce match. Si Brown a contribué à stabiliser la protection (tout comme Creed Humphrey et Trey Smith), Hendrickson a terrorisé les quarts adverses avec 14 sacs.


Charvarius Ward contre Ja’Marr Chase

Ja'Marr Chase et Charvarius Ward
Photo d'archives, AFP
Ja'Marr Chase et Charvarius Ward

Lors de l’affrontement entre les deux équipes, Chase avait été incontrôlable, avec 11 réceptions pour 266 verges et trois touchés. Tour à tour, les demis de coin Rashad Fenton et Charvarius Ward s’étaient fait brûler. Particulièrement Ward, qui n’avait jamais trouvé de solution aux passes de Joe Burrow sur l’épaule opposée de Chase. Cette saison, les quarts-arrières ont complété 51,3% de leurs passes quand Ward était le demi de coin en couverture, mais les Bengals avaient eu son numéro en complétant six de leurs neuf passes contre lui, pour 106 verges et un touché.

SAVIEZ-VOUS QUE...  

BENGALS

Evan McPherson
Photo AFP
Evan McPherson
  • Les Bengals tentent de devenir la troisième équipe de l’histoire à passer du dernier rang de sa division à une présence au Super Bowl, après les Saints de 2009 et les Eagles de 2017.  
  • Les Bengals sont la seule équipe, avec les Giants, à n’avoir jamais perdu en finale de conférence. Leur fiche est de 2-0, après des victoires en 1981 et 1988.  
  • Le botteur recrue Evan McPherson est le premier à réussir au moins quatre placements dans deux matchs d’une même édition des séries.    

CHIEFS

Travis Kelce
Photo AFP
Travis Kelce
  • Andy Reid devient le premier entraîneur-chef de l’histoire à amener deux équipes différentes en finale de conférence quatre saisons de suite (les Chiefs de 2018 à 2021 et les Eagles de 2001 à 2004)  
  • Travis Kelce compte maintenant sept matchs d’au moins 100 verges en séries, à un du record de huit, détenu par le grand Jerry Rice.  
  • Les Chiefs tentent de devenir la quatrième équipe à atteindre le Super Bowl au moins trois années de suite, après les Dolphins (1971 à 1973), les Bills (1990 à 1993) et les Patriots (2016 à 2018).    

À voir aussi

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.