/opinion/columnists
Navigation

Les antivaccins, une minorité mondiale nuisible

Les antivaccins, une minorité mondiale nuisible
Photo Agence QMI, MARC DESROSIERS

Coup d'oeil sur cet article

C’est un mouvement mondial. Les camionneurs antivaccins qui ont convergé hier vers Ottawa défient 90 % de la population. Ils défient les professionnels de la santé, les professionnels des médias, les élites intellectuelles. 

Ils sont persuadés d’avoir raison, malgré les faits, la logique et les connaissances scientifiques élémentaires. Ici comme ailleurs, quelques politiciens méprisables flattent cette petite minorité de croyants pour obtenir son soutien financier et son vote. Sans les médias sociaux, ces pauvres égarés n’auraient jamais pu se regrouper autant ni empiéter à ce point sur la liberté des autres. Mais le phénomène a des racines plus profondes. 

1. Que croient les antivaccins ailleurs dans le monde ?

En Russie, des antivaccins à qui les autorités russes avaient fait visiter des hôpitaux se sont moqués des malades atteints de la COVID-19. Moscou sanctionne ceux qui propagent de fausses informations sur les réseaux sociaux, mais une partie des Russes demeure réfractaire au vaccin et, comme ailleurs, il existe en Russie un marché de faux certificats vaccinaux. En Afrique, les antivaccins croient que le vaccin fait partie d’un complot mondial contre les Africains ou, comme ailleurs, que la COVID-19 est une fabrication de grandes entreprises pharmaceutiques destinée à faire vendre leurs produits. En Europe, le mouvement antivaccin provoque une curieuse alliance entre des anarchistes, par définition rebelles à toute autorité, et des populistes d’extrême droite. 

2. Pourquoi les antivaccins sont-ils leur propre ennemi ?

Si au Canada, comme dans les autres pays industrialisés, la petite minorité de gens réfractaires à la vaccination était vaccinée, il n’y aurait plus de mesures de confinement ou de port obligatoire du masque. L’obstination des antivaccins à refuser la vaccination est précisément ce qui oblige les gouvernements à maintenir les mesures sanitaires que ces mêmes antivaccins dénoncent. 

3. Quelles sont les caractéristiques principales des antivaccins ?

Les antivaccins partagent deux caractéristiques principales. D’abord, ils montrent une ignorance crasse de la science. Ils ressemblent aux gens qui à la fin du 19e siècle refusaient de croire aux microbes, dont Louis Pasteur venait pourtant de prouver l’existence. Ensuite, les antivaccins sont des exaltés. Ils s’imaginent lutter pour le bien de l’humanité, pour la préservation de la démocratie ou pour quelque autre cause politique louable. Or, sans le comprendre, ils font exactement l’inverse. 

4. Pourquoi les antivaccins menacent-ils la démocratie ?

La démocratie suppose qu’à l’issue d’une campagne électorale, les élus de la minorité se plient à ceux de la majorité. Les antivaccins refusent cette règle de base. C’est ce qui les rapproche de Donald Trump. Au nom de la liberté, les antivaccins sapent les fondements de la démocratie qui pourtant garantit leurs libertés, y compris celle de manifester pour des causes stupides. Si les antivaccins veulent aller plus loin, qu’ils présentent des candidats aux prochaines élections. 

5. Faut-il essayer de ménager et de convaincre les antivaccins ?

Les antivaccins sont à peu près impossibles à convaincre. Comme tous les croyants, ils sont imperméables aux arguments logiques. Quand les croyances des uns peuvent provoquer directement la mort des autres, il y a lieu d’agir. La Constitution et les chartes ne protègent pas les assassins. Il n’existe pas de droit à répandre la mort autour de soi. Les politiciens devraient tous condamner sans réserve les antivaccins et exiger une vaccination obligatoire. Mais ce n’est pas encore suffisant. Le véritable ennemi est la propension de nos sociétés à choyer les croyances de toutes sortes. C’est de là que provient le problème.