/news/coronavirus
Navigation

Départ chaotique des camionneurs: une évacuation qui sera compliquée

Coup d'oeil sur cet article

Évacuer le centre-ville de la capitale nationale, devenu le gigantesque stationnement d’une centaine de poids lourds du « convoi pour la liberté », s’annonce tout un casse-tête pour les autorités.

• À lire aussi: [EN DIRECT] Tout ce qu'il faut savoir sur la manifestation monstre à Ottawa

• À lire aussi: Des manifestants de retour sur la colline dimanche

• À lire aussi: Manifestation à Ottawa: tensions et menaces en plein cœur de la capitale

« On les a laissés se stationner là... Bonne chance pour les enlever maintenant », laisse tomber Paul Laurier, ex-enquêteur à la Sûreté du Québec. 

Dimanche, la police d’Ottawa a tenté de convaincre les manifestants de quitter les lieux sans employer la force.

Photo Agence QMI, Maxime Deland

« On [a eu] des discussions avec les organisateurs de la manif pour faciliter leurs déplacements et leur sortie », a affirmé l’agente Amy Gagnon, porte-parole pour le corps de police.

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio : 

Délicat

Si certains sont partis durant la journée, le policier à la retraite souligne que le travail des policiers est délicat en raison du calme relatif des manifestations des derniers jours. 

Photo Agence QMI, Maxime Deland

« Ce n’est pas chic à regarder, mais il n’y a pas de morts, de vitres cassées ou de flambées de violence autre que verbale », souligne-t-il.  

Les autorités disposent tout de même de certains outils pour intervenir. 

Photo Agence QMI, Maxime Deland

« Si quelqu’un refuse de bouger son camion, ça devient une entrave au travail des policiers », illustre M. Laurier.

Par ailleurs, il estime que la controverse entourant l’opposition aux mesures sanitaires exige une approche prudente auprès des manifestants. 

Photo Agence QMI, Maxime Deland

« Ces gens ont été ridiculisés. Il faut les prendre avec des pincettes », dit-il. 

La police d’Ottawa a d’ailleurs déclaré en fin de soirée que pour éviter les confrontations, elle n’avait pas donné d’amendes ni remorqué de véhicules. 

–Avec Francis Pilon

À VOIR AUSSI