/news/politics
Navigation

«Convoi de la liberté»: «Tout le monde a de la grogne», dit Justin Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

S’adressant aux «millions de Canadiens qui font des choix responsables pour s’assurer de leur sécurité et de celle de leurs proches», Justin Trudeau a déclaré lundi que son gouvernement n’était «pas intimidé» par les manifestants qui occupent Ottawa depuis vendredi.

• À lire aussi: «Convoi de la liberté»: tout ce qu'il faut savoir sur la manifestation qui se prolonge à Ottawa

• À lire aussi: «Convoi pour la liberté»: les camionneurs campent toujours à Ottawa

• À lire aussi: «Convoi de la liberté»: les manifestants se débrouillent comme ils le peuvent à Ottawa

Il a appelé ceux qui ont joint le convoi, mais qui sont «inconfortables avec les symboles de haine et de division» aperçus ici et là cette fin de semaine à «joindre leurs compagnons canadiens», à «être courageux» et à «prendre la parole». «Ne vous placez pas aux côtés de l’intolérance et de la haine», leur a-t-il demandé.

«Tout le monde a de la grogne, tout le monde est tanné de cette pandémie, tout le monde est épuisé, tout le monde veut que ça en finisse [...], mais la vaste majorité des Canadiens savent que ce n’est pas en rouspétant qu’on va finir cette pandémie: c’est en se faisant vacciner», a-t-il lancé.

Justin Trudeau a ajouté que les Canadiens étaient «choqués et dégoûtés» par l’attitude de la frange plus irresponsable des manifestants, prenant en exemple les objets placés sur la statue de Terry Fox ou encore les véhicules stationnés sur le Monument commémoratif de guerre du Canada.

En point de presse pour la première fois depuis l’arrivée des premiers camions vendredi, le premier ministre n’a aucunement l’intention de rencontrer les contestataires pour entendre leurs doléances. Ces derniers lui sont pour la plupart très hostiles.

«En ces temps difficiles, tous les politiciens doivent démontrer du leadership responsable. On doit travailler pour rassembler les gens de manière positive. On doit lutter contre la division et la peur avec les faits», a déclaré M. Trudeau, qui a reçu en matinée un diagnostic positif à la COVID-19.

  • Écoutez Philippe-Vincent Foisy et Antoine Robitaille au micro de Benoit Dutrizac sur QUB radio :  

Justin Trudeau en a profité pour décocher des flèches à son vis-à-vis conservateur Erin O’Toole, dont le parti s’est ouvertement prononcé en faveur du convoi de camionneurs, tout en se dissociant des éléments les plus extrémistes.

«Je crois qu’Erin O’Toole doit réfléchir attentivement à la manière dont il soutient ces gens qui ne représentent pas les camionneurs, sans parler de la vaste majorité des Canadiens», a-t-il dit.

Erin O’Toole s’est opposé à l’obligation vaccinale pour les camionneurs, mais aussi dans la plupart des secteurs de la société. Il a suggéré des «accommodements raisonnables» pour les non-vaccinés, comme l’imposition de tests rapides aux frontières, par exemple.

Les conservateurs accusent les libéraux de se servir de l’obligation vaccinale pour «diviser» la population et se faire du capital politique chez les personnes vaccinées, accusation que leur renvoient les libéraux.

La manifestation poursuivait son cours lundi, mais la foule était considérablement amincie par rapport à samedi, alors que les corps policiers d’Ottawa estimaient qu’environ 15 000 personnes s’étaient déplacées sur les lieux.

Positif à la COVID-19  

Le premier ministre Justin Trudeau a reçu un diagnostic positif à la COVID-19, a-t-il annoncé sur son compte Twitter lundi matin.

«Je me sens bien, et je vais continuer de travailler à distance cette semaine, conformément aux consignes de la santé publique. S’il vous plaît, allez vous faire vacciner et recevoir la dose de rappel», a-t-il écrit.

M. Trudeau se trouvait en isolement dans les derniers jours alors qu’un de ses enfants avait attrapé le virus.

La journée de lundi coïncide aussi avec la rentrée parlementaire.

Étant donné la situation chaotique sur la colline, qui s’ajoute aux mesures sanitaires mises en place en décembre en raison de la montée du variant Omicron, la plupart des députés ont décidé de travailler de la maison.

Certains députés se sont toutefois rendus sur place, comme Candice Bergen, la leader adjointe de Erin O’Toole, chef du Parti conservateur.

Il faut dire que la Chambre des communes, temporairement emménagée dans l’édifice de l’Ouest, est clôturée par une forte présence policière.

À l’image des trois derniers jours, la manifestation se déroulait toujours de manière pacifique lundi avant-midi. 

À voir aussi  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.