/news/coronavirus
Navigation

Des résidents d’Ottawa narguent les camionneurs

Ils sont écœurés après une cinquième journée de manifestation

Coup d'oeil sur cet article

Devant l’inaction des policiers qui restent les bras croisés face aux camionneurs, des résidents d’Ottawa prennent un malin plaisir à narguer les manifestants en leur lançant des œufs ou encore en les exposant sur les réseaux sociaux. Tour d’horizon du ras-le-bol citoyen.

MESSAGES DANS LES FENÊTRES

Photo tirée de Twitter, Luke LeBrun

Dans les fenêtres de certains immeubles du centre-ville, des Ottaviens ont carrément laissé des messages aux manifestants pour leur rappeler qu’ils ne sont pas les bienvenus. «Truck off» ou encore «les nazis de merde ne sont pas les bienvenus», pouvait-on lire.

Photo tirée de Twitter, Luke LeBrun

Notons que drapeaux confédérés et nazi ont été vus dans la manifestation de camionneurs à Ottawa. Ces signes ont soulevé un tollé chez la population locale.   

«KLAXONNEZ SI VOUS AVEZ UN PETIT PÉNIS»

Les résidents d’Ottawa ne manquent pas d’humour pour dénoncer les camionneurs qui font du bruit de 8h le matin à minuit le soir. Dans une vidéo devenue virale sur le réseau social sur TikTok, on voit une jeune femme avec une affiche où on peut lire «klaxonner si vous avez un petit pénis». 

«LE PARTY EST FINI»

Pour montrer leur mécontentement et leur perte de patience, des citoyens ottaviens ont circulé dans la rue autour des camionneurs en diffusant notamment la chanson The Party's Over de Willie Nelson grâce à des haut-parleurs accrochés à l’arrière d’un pick-up.

  • Écoutez la rencontre Emmanuelle Latraverse-Mario Dumont sur QUB Radio:

LES AGISSEMENTS DÉNONCÉS SUR LE WEB

Capture d'écran tirée d'Instagram, Convoydamages2022

Au moins deux comptes Instagram ont été créés au lendemain du début de la manifestation pour dénoncer les débordements et agissements de certains manifestants. Les citoyens tannés ou qui ont été victimes de gestes agressifs et violents racontent sous forme de message ce qu’ils ont pu vivre.

«Un camionneur sans masque est entré [dans un magasin] avec un drapeau confédéré enroulé autour de lui. Il a craché sur des employés et m’a appelé “Paki” (car je suis une femme noire)», a notamment raconté l’une des personnes.

Une autre personne raconte avoir été visée par des jets de pierres et de boules de neige sur la vitre de son logement à cause d’un drapeau LGBT accroché visiblement, en plus d’avoir reçu les selles d’un manifestant.

INCESTUEUX

Photo Guillaume St-Pierre

Lundi soir, un contre-manifestant s’est glissé sur la rue Wellington en portant une grande pancarte avec un message clair: «sister fuckers + nazis go home pls». En début de soirée, l’homme, qui portait un masque KN95, a été verbalement interpellé par des manifestants qui lui ont crié à plein poumon «freedom» dans les oreilles. Le contre-manifestant s’est rapidement enfui.

DES ŒUFS LANCÉS

Des citoyens ont aussi lancé des œufs sur le véhicule d’un manifestant. 

«Ils me les ont jetés durant la soirée pendant que je roulais dans la rue. On veut la paix et tout ce qu’ils veulent, c’est briser des choses», a mentionné dans une vidéo sur Twitter l’homme, qui semblait surpris par l’attaque.

PRIS EN OTAGE

Photo Roxane Trudel

Cet homme arborant un couvre-visage semble en avoir assez du «convoi pour la liberté». Pour montrer son mécontentement, il a écrit sur son affiche que les citoyens d’Ottawa ne se laisseront pas prendre en otage par les manifestants, qui étaient autour de lui, à côté du parlement, mardi soir. 

  

  • Regardez l'éditorial de Mario Dumont avec Pierre Bruneau durant son émission à QUB radio :   

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.