/news/currentevents
Navigation

Agression d’une fillette dans une toilette publique: huit ans pour un récidiviste

bloc justice prison
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Un pédophile récidiviste a écopé de huit ans de détention, mercredi, au palais de justice de Trois-Rivières après s’être reconnu coupable l’an dernier d’avoir agressé une fillette dans une toilette publique. 

Le 20 juillet 2021, à Louiseville, Maxime Legros-Crête, 31 ans, avait vu une fillette de six ans entrer dans une toilette publique près d’une pataugeoire où des enfants d’un camp de jour s’amusaient. Il avait suivi sa victime à l’insu de la monitrice présente sur les lieux et l’avait agressée après avoir fermé la lumière dans la salle de toilette.

La monitrice est intervenue lorsque la fillette s’est mise à crier, mais Legros-Crête a eu le temps de s’enfuir. Il a été arrêté peu de temps après l’agression.

Le pédophile a plaidé coupable pour ce crime le 26 août 2021 et lors des représentations sur sentence en novembre dernier, la Couronne avait réclamé huit ans d’emprisonnement et la défense quatre ans.

Mercredi, le juge de la Cour du Québec David Bouchard a finalement donné raison à la Couronne, jugeant qu’il fallait administrer «une peine qui protège la société à long terme des comportements à risque de l’accusé», mentionnant que dans ce cas-ci «il s’agit du principal objectif recherché».

Maxime Legros-Crête a déjà été incarcéré en 2009 pour un délit de nature sexuelle à l’endroit d’un adolescent. Il a suivi des thérapies pour contrôler son trouble pédophilique, mais sans succès en raison d’un problème de distorsions cognitives.

Le juge Bouchard a mentionné que le risque de récidive du délinquant a été considéré comme étant «bien au-dessus de la moyenne», ajoutant que «le sexologue [qui l’a évalué] affirme qu’il s’agit d’une problématique importante et préoccupante».

Le magistrat a souligné qu’imposer une peine de huit ans, en plus de protéger la société, va «favoriser la réinsertion sociale de l’accusé», lui permettant de «parfaire sa compréhension de ses agissements délictuels envers les enfants».

Si l’on soustrait la détention provisoire de 10 mois, il reste à Maxime Legros-Crête 86 mois à purger.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.