/sports
Navigation

Des Tibétains dénoncent les «Jeux de la honte» devant le siège du CIO

Des Tibétains dénoncent les «Jeux de la honte» devant le siège du CIO
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Un demi-millier de Tibétains ont manifesté jeudi devant le siège du Comité international olympique (CIO) à Lausanne (Suisse), conduits par un activiste chaussé de skis et trainant le drapeau chinois derrière lui, pour protester contre l’organisation des Jeux olympiques d’hiver à Pékin. 

• À lire aussi: Des scientifiques réclament une vraie enquête sur la COVID à l'ouverture des Jeux de Pékin

• À lire aussi: Pékin 2022: l’expérience dans les bagages

• À lire aussi: Pékin 2022: un secret difficile à garder pour soi

Venus de toute l’Europe, les manifestants ont parcouru les trois kilomètres séparant le siège du CIO au musée olympique à la veille de la cérémonie d’ouverture des JO d’hiver à Pékin vendredi.

Plusieurs portaient des drapeaux tibétains et des masques à ses couleurs, défilant sous des bannières appelant au boycottage des Jeux, dénonçant les «Jeux de la honte» et proclamant «Arrêtez les violations des droits humains au Tibet».

Une affiche brandie dans le cortège représentait un skieur se tenant devant un char dont les chenilles étaient remplacées par les anneaux olympiques, allusion visuelle à la célèbre photographie d’un manifestant bloquant seul une colonne de blindés lors de la répression du mouvement démocratique de la place Tiananmen en 1989 à Pékin.

Une autre réclamait : «Que Pékin 2022 ne devienne pas Berlin 1936».

L’artiste tibétain Loten Namling, qui vit en Suisse depuis 32 ans, menait la manifestation sur des skis sur lesquels était peint le mot «liberté».

«La raison pour laquelle je traine le drapeau chinois est que la Chine a détruit mon pays, la Chine a détruit ma culture. Qu’ils réalisent combien c’est dur pour nous», a-t-il déclaré.

«Jamais il ne faudrait octroyer l’organisation des Jeux olympiques à des meurtriers de masse et des dictateurs. Il est temps de dire d’arrêter.»

Les opposants tibétains dénoncent la mainmise de Pékin sur la région himalayenne qui a été rattachée de facto à la Chine en 1951 et accusent le gouvernement central chinois de mener une répression religieuse et culturelle.

Les manifestants ont défilé en scandant les slogans «Pas de droits, pas de Jeux» et «Jeux de Pékin, jeux du génocide».

Plusieurs d’entre eux sont montés sur le toit surplombant l’entrée du siège du CIO, où ils ont déployé une bannière noire portant l’inscription «Non à Pékin 2022».

À l’origine de ce rassemblement, Karma Choekyi, présidente de la communauté des Tibétains de Suisse, a reproché au mouvement olympique et à ses partenaires financiers d’avoir fermé les yeux sur la situation des libertés civiques en Chine.

«Le régime communiste chinois est renforcé et estime que ces Jeux légitiment son droit à réprimer les droits humains (...)», a-t-elle ajouté.

«Nous condamnons le CIO et les commanditaires pour avoir permis que cela se produise.»

Une manifestation a également mobilisé une cinquantaine de personnes à Los Angeles devant le consulat de Chine. 

Kevin Young, membre des «Amis du Tibet» de la ville californienne de Santa Barbara, a déclaré que les JO d’hiver à Pékin étaient destinés à faire oublier les abus du gouvernement chinois. 

«Je ne veux pas que les violations des droits humains, la torture au Tibet, à Hong Kong, contre les Ouïgours, soient minimisées à cause de ces Jeux olympiques», a-t-il dit à l’AFP. 

«Nous ne voulons pas rester silencieux face à l’oppression du régime» communiste, a ajouté le manifestant.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.