/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Pas de liberté pour les médias?

Manif Yves Poirier
Capture d'écran

Coup d'oeil sur cet article

Avez-vous vu les images d’Yves Poirier de TVA qui se fait bardasser avec son collègue caméraman Olivier Ménard par des ostrogoths en colère pendant qu’ils couvraient la manif à Ottawa ?

J’admire Yves qui a su rester stoïque devant les sans-dessein qui le harcelaient.

Les manifestants d’Ottawa se battent, disent-ils, pour la « liberté ». Mais ils n’ont pas beaucoup de considération pour la liberté... de presse. 

  • Écoutez en balado le commentaire éditorial de Sophie Durocher à l'émission de Philippe-Vincent Foisy en direct tous les jours 7 h 50 à QUB radio via l'app QUB ou le site qub.ca :   

LE VOILE DE LA HONTE

Des journalistes de tous les médias ont été harcelés, intimidés au cours des derniers jours.

Comme l’a déclaré Félix Séguin à QUB radio : « Mes gardes du corps m’ont évité beaucoup de violence physique : y’a un gars qui a dû être maîtrisé au sol. Je n’en reviens pas qu’au Canada, les journalistes soient obligés d’avoir des gardes du corps pour couvrir une manifestation ».

J’enrage quand je vois le conservateur Pierre Poilievre qui s’est fait photographier devant des manifestants vendredi dernier en écrivant sur Twitter, en anglais seulement : « Voici les gens que les médias et Trudeau veulent réduire au silence, des Canadiens brillants, joyeux et pacifiques qui privilégient la liberté au lieu de la peur ».

C’est un mensonge éhonté ! Personne n’a été « réduit au silence ». Mes collègues, tous médias confondus, ont tendu leur micro à tous les types de manifestants et ont souligné que la majorité d’entre eux étaient pacifiques. Pourquoi au lieu d’encourager la haine envers les médias, ne pas dénoncer les menaces et l’intimidation dont les journalistes ont été la cible ?

Quand je vois ces politiciens diaboliser les médias, ça me fait penser à Trump qui les traitait d’« ennemis du peuple ».

Dans son infolettre la plus récente, la FPJQ (Fédération professionnelle des journalistes du Québec) a d’ailleurs tenu à « dénoncer tous ceux qui cherchent à se faire du bénéfice politique avec ce type de publication s’apparentant à de la désinformation ».

« Ceux qui cherchent à tirer profit des fausses nouvelles et des mensonges pour leurs gains personnels devraient se draper du voile de la honte », a rajouté le président de la FPJQ Michaël Nguyen. 

D’ailleurs, au sujet de Michaël (qui est aussi mon collègue au Journal), savez-vous ce qu’on peut lire à la fin de l’Infolettre : « Le président Nguyen a par ailleurs reçu de nombreux messages haineux à la suite de ses interventions télévisées du week-end dernier ».

  • Écoutez l'entrevue de Sophie Durocher avec Michaël Nguyen sur QUB radio : 

Vous savez ce qui me choque aussi ? C’est qu’il se trouve des tatas pour imaginer que les reporters font exprès de se faire attaquer par les manifestants... pour avoir des bonnes images.

C’est même ce qu’a laissé entendre un ancien animateur de radio de Québec. Ben oui, chose, on adore ça se faire tapocher, bousculer, invectiver, insulter et se faire encercler par des manifestants hargneux. Misère, tous les ostrogoths ne sont pas dans des vols de Sunwing...

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

EN FRANCE, EN 2022

Ce n’est pas une bonne période pour être journaliste. Parlez-en à Ophélie Meunier.

Cette reporter de M6 a osé faire un reportage sur la montée de l’islam radical dans certaines villes de France. Depuis la diffusion du reportage, elle est sous protection policière.

Prenez deux secondes pour réfléchir à ça : une journaliste vit protégée par des policiers 24 heures sur 24 parce qu’elle est menacée de mort.

Après Je suis Charlie, Je suis Ophélie ?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.