/news/currentevents
Navigation

Blocage du ravitaillement: l’étau se resserre autour du convoi à Ottawa

Les policiers ont changé de ton dimanche envers les manifestants qui sont stationnés au centre-ville d’Ottawa

Coup d'oeil sur cet article

Les forces policières ont finalement décidé de sévir contre les camionneurs et de couper les vivres à ceux qui occupent le centre-ville depuis maintenant 11 jours.

• À lire aussi: La police d’Ottawa a distribué plus de 450 amendes

• À lire aussi: [EN IMAGES] La manifestation se transforme en gros party dans les rues d’Ottawa

• À lire aussi: Des manifestants auraient tenté de mettre le feu à un immeuble résidentiel d’Ottawa

Au moins sept personnes ont été arrêtées dimanche en marge du « convoi pour la liberté » à Ottawa, dont certaines qui tentaient de fournir nourriture et essence aux camionneurs. 

Alors que la tension grimpait entre les manifestants et les forces de l’ordre, les policiers sont débarqués peu avant 19 h dans l’un des camps de ravitaillement, situé au coin des rues Metcalfe et Albert, sur la colline Parlementaire. 

Ils ont répété le même manège au camp de la rue Metcalfe, en soirée dimanche.
Photo CLARA LOISEAU
Ils ont répété le même manège au camp de la rue Metcalfe, en soirée dimanche.

Ces derniers ont confisqué des dizaines de bidons d’essence, qui ont ensuite été récupérés par un camion de la Ville d’Ottawa sous haute escorte policière.

Photo Agence QMI, Maxime Deland

La quarantaine d’agents ont ensuite répété le même manège quelques minutes plus tard au camp Coventry, en périphérie de la ville, où s’approvisionnent plusieurs camionneurs. 

  • Écoutez la rencontre Benoit Dutrizac et Mario Dumont en direct tous les jours 7 h à QUB radio via l'app QUB :   

Selon CTV News, plus de 3200 litres d’essence y ont été confisqués.    

Des policiers ont saisi une importante réserve d’essence du camp de la rue Coventry.
Photo Agence QMI, Marc DesRosiers
Des policiers ont saisi une importante réserve d’essence du camp de la rue Coventry.

La police d’Ottawa avait annoncé plus tôt dans la journée que quiconque tenterait de leur apporter du matériel pourrait être arrêté

État d’urgence

Confronté à la présence de ces manifestants qui s’éternise, le maire d’Ottawa, Jim Watson, a aussi décrété l’état d’urgence

« [Cela] reflète le grave danger ainsi que la menace à la sûreté et la sécurité des résidents posés par les manifestations continues et souligne le besoin de soutien de la part d’autres administrations et ordres de gouvernement », a-t-il déclaré par communiqué.

Camp québécois démantelé

Plus tôt en journée, les policiers se sont activés à démanteler l’un des principaux camps de fortune des camionneurs, au parc de la Confédération, non loin du parlement.

Des manifestants du camp québécois situé dans le parc de la Confédération en train de plier bagage et de quitter le campement, sous l’ordre des policiers
Photo Agence QMI, Maxime Deland
Des manifestants du camp québécois situé dans le parc de la Confédération en train de plier bagage et de quitter le campement, sous l’ordre des policiers

« Je suis venu ici pour aider les camionneurs en cas d’urgence. Je vais continuer », a insisté Ronald Marenger, un résident de Gatineau à l’origine du campement qui accueillait de nombreux Québécois. 

Plutôt que de partir, plusieurs manifestants ont simplement migré vers le camp de Coventry, situé 4 km plus loin, où ils ont été de nouveau visités par les autorités en soirée.

  • Écoutez la chronique judiciaire de l’ex-juge Nicole Gibeault sur QUB radio

Et malgré une augmentation de la pression policière, l’Albertain Éric Mueller, au volant d’un camion 18 roues orné d’une bannière anticommuniste, ne comptait pas partir de sitôt.  

« C’est maintenant ou jamais qu’il faut se battre pour ses convictions ! » a-t-il lancé.

Contravention pour les klaxons 

Un agent remet une contravention à un conducteur pour avoir klaxonné inutilement à Ottawa.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
Un agent remet une contravention à un conducteur pour avoir klaxonné inutilement à Ottawa.

La police d’Ottawa a aussi changé sa stratégie ce week-end en ce qui a trait aux contraventions.

Elle a annoncé avoir remis 100 constats d’infraction dimanche pour une multitude d’offenses, allant du bruit excessif à la conduite dangereuse. 

Le Journal a d’ailleurs vu dimanche, pour la première fois en 10 jours, deux policiers à pied interpeller le conducteur d’une voiture avec un klaxon modifié.  

« Tout le monde klaxonne, mais c’est moi qui a une contravention de 173 $. C’est ma troisième en deux jours. Ils m’ont dit que ce n’était pas légal, c’est ridicule », a pesté Frank Klassen.  

Plus de 60 enquêtes pour actes criminels reliés aux manifestations sont en cours. 

– Avec Anne Caroline Desplanques 

À quoi sert l’état d’urgence ?   

  • Permet d’assurer des services essentiels aux résidents d’Ottawa        
  • Facilite l’achat de l’équipement nécessaire aux travailleurs de première ligne dans la capitale fédérale, comme les policiers et les ambulanciers              

À VOIR AUSSI     

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.