/news/currentevents
Navigation

«Convoi de la liberté» à Québec: des dérapages évités grâce à une gestion sans faille

Malgré la menace, Québec n’a pas été assiégée, grâce à l’intervention des policiers et à la leçon d’Ottawa

Coup d'oeil sur cet article

Les policiers de Québec ont pu éviter le siège appréhendé de l’Assemblée nationale en usant d’une stratégie efficace face aux manifestants et en bénéficiant d’un message politique clair, net et sans ambiguïté, estiment des experts. 

• À lire aussi: [EN IMAGES] De retour dans deux semaines, promet Rambo

• À lire aussi: Mesures sanitaires: «tout le monde est tanné», dit un psychologue

Certains opposants aux mesures sanitaires n’ont pas caché leur objectif d’assiéger la ville, à l’image de leurs acolytes à Ottawa. Or, le siège de Québec n’a jamais eu lieu et les abords de l’Assemblée nationale sont demeurés, dans l’ensemble, maîtrisés par les policiers jusqu’à dimanche soir.

Des camions stationnés le long du boulevard René-Lévesque, près du parlement de Québec, sous forte surveillance policière. La collaboration entre le SPVQ et la SQ a été soulignée par un ancien policier.
Photo Agence QMI, Marcel Tremblay
Des camions stationnés le long du boulevard René-Lévesque, près du parlement de Québec, sous forte surveillance policière. La collaboration entre le SPVQ et la SQ a été soulignée par un ancien policier.

« Québec a eu l’exemple qu’il ne faut pas suivre d’Ottawa. Au début, Ottawa a mis beaucoup de temps à réagir et a donné beaucoup trop de latitude aux manifestants. Ils ont été trop conciliants. À Québec, on a dit rapidement qu’on sera moins tolérants et plus coercitifs », a soutenu dimanche Paul Laurier, ex-enquêteur à la Sûreté du Québec (SQ).   

  • Écoutez l'entrevue avec le maire de Québec Bruno Marchand sur QUB radio :    

Coordination plus naturelle 

D’après ce dernier, la coordination entre le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) et la SQ — qui est responsable de la sécurité de l’Assemblée nationale — s’est réalisée de façon plus naturelle que ce qu’on a pu voir dans la capitale fédérale.

« À Ottawa, la GRC a fait sa petite affaire au parlement. Le travail s’est fait en vase clos. Le fédéral a ensuite laissé [la police provinciale de] l’Ontario et la Ville d’Ottawa se débrouiller, et personne n’a vu l’amplitude du problème », a ajouté M. Laurier. 

À ses yeux, le message politique envoyé par le premier ministre Legault et par le maire Marchand a refroidi les ardeurs des manifestants les plus récalcitrants. « C’est venu d’en haut à Québec, alors que le message n’est pas venu à Ottawa, a-t-il expliqué. Lever le ton n’est visiblement pas dans l’ADN du gouvernement Trudeau. » 

  • Regardez le commentaire de Richard Martineau sur QUB Radio :   

Perte de contrôle 

De son côté, Guy Ryan, ancien inspecteur au Service de police de la Ville de Montréal, a affirmé que « la préparation a été adéquate à Québec. Il y avait des corridors pour laisser passer les véhicules d’urgence et des corridors pour les laisser [les manifestants] parader. Ils ont gardé la négociation avec les organisateurs. Ils ont émis des billets de courtoisie et il n’y a pas eu de provocations de leur part ». 

« C’était rassurant de voir la qualité de notre service de police et de notre ville. Pour arriver à ce ​niveau-là, ça prend beaucoup de travail », a pour sa part témoigné le maire Bruno Marchand peu après que les derniers camions eurent quitté le boulevard René-Lévesque.

Or, la situation était bien différente à Ottawa. « Les policiers ont perdu la maîtrise de la manifestation dès le départ et là ils ont un peu de difficulté parce que les gros camions qui ont pris place sont difficiles à déplacer. C’est comme un siège dans le centre-ville d’Ottawa », a décrit M. Ryan.

Aussi, à Québec, le message politique fut « très clair » dès le début, a-t-il rappelé. 

Pour ce qui est du retour des manifestants (voir autre texte), le maire est demeuré confiant.

« On va s’adapter au courant des deux prochaines semaines en fonction de leurs intentions et du nombre auquel ils arrivent », a-t-il expliqué. 

Il a affirmé que le droit de manifester demeurera tant que ce sera fait dans le respect. Mais il y aura toujours une « tolérance zéro » à l’égard de ce qui n’est pas acceptable.

— Avec Marie-Pier Roy

À VOIR AUSSI    

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.