/news/politics
Navigation

«Convoi de la liberté»: «Ça doit cesser», réitère Trudeau en débat d'urgence

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre Justin Trudeau a réitéré, lundi, que les manifestations qui paralysent le centre-ville d'Ottawa et d'autres villes canadiennes doivent cesser.

• À lire aussi: Manifestations : le NPD demande un débat d’urgence

• À lire aussi: Le «convoi pour la liberté» fait des petits à travers le monde

• À lire aussi: «Convoi de la liberté» à Ottawa: le chef de police demande 1800 agents en renfort

«Les gens ont le droit de manifester, de se faire entendre [...], mais ils n'ont pas le droit de bloquer les rues illégalement, de harceler leurs concitoyens, d'insulter les gens qui décident de porter le masque et de se faire vacciner», a-t-il affirmé lundi soir lors d'un débat d'urgence au Parlement convoqué à la demande du chef du NPD, Jagmeet Singh.

M. Trudeau a reconnu que «tout le monde est tanné de porter le masque, de respecter les règles sanitaires», donnant en exemple son propre cas – la COVID-19 s'est invitée dans sa famille et l'a contaminé la semaine dernière –, mais a rappelé que manifester ne mettra pas fin au virus.

Par contre, le gouvernement n'a dévoilé aucune nouvelle mesure pour venir en aide aux policiers d'Ottawa, épuisés après 11 jours de manifestations, à la suite des appels à l'aide du chef de police et du maire d'Ottawa.

Les libéraux se sont contentés de noter qu'ils ont affecté 275 agents de la GRC pour épauler la police d'Ottawa. «Je sais que c'est particulièrement difficile pour les citoyens d'Ottawa [...], que les gens ne se sentent pas en sécurité. [...] C'est pourquoi je suis fier que notre gouvernement ait fait tout ce qu'il pouvait depuis le début pour faire respecter la loi», a d'ailleurs assuré le ministre de la Sécurité publique, Marco E. L. Mendicino.

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio :

Crise de leadership

En ouverture du débat, M. Singh a fait valoir qu'à son avis, le premier ministre et son gouvernement devraient être plus présents pour gérer les manifestants

«C'est ce manque de leadership que je veux critiquer. Le niveau fédéral a continué à dire que "ce n'est pas notre responsabilité, ce n'est pas notre compétence". Mais quand on a une crise dans la capitale de notre pays, c'est essentiel que le gouvernement fédéral agisse et que le premier ministre prenne au sérieux ce qui se passe», a martelé le chef néodémocrate.

AFP

Ce dernier a, de nouveau, dénoncé les agissements des manifestants. «Ils harcèlent des travailleurs et des citoyens, incluant des journalistes. La violence est omniprésente. On a vu un exemple avec une tentative d'incendie criminel au centre-ville d'Ottawa. [...] Du personnel de la santé a été intimidé. Quelle sorte de manifestation s'en prend au personnel de la santé?», s'est insurgé M. Singh.

La bloquiste Kristina Michaud, de son côté, juge que le manque de réaction de M. Trudeau, qui n'avait pas commenté la situation à Ottawa depuis plusieurs jours, jette de l'huile sur le feu.

«En ne le faisant pas, le message qu'on envoie aux manifestants, c'est "c'est correct, vous pouvez rester là aussi longtemps que vous voulez", parce qu'on ne dit rien et qu'on ne dit pas qu'il y aura des conséquences». 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.