/investigations/politics
Navigation

Le couvre-feu a failli être appliqué uniquement aux non-vaccinés

Le gouvernement est allé jusqu’à acheter 850 téléphones cellulaires pour la police provinciale.

GEN-COUVRE-FEU
Photo d'archives, Agence QMI Des policiers de Montréal avaient été déployés, le 31 décembre dernier, afin de faire respecter le couvre-feu.

Coup d'oeil sur cet article

Le dernier couvre-feu au Québec, qui s’est terminé le 17 janvier, a failli être appliqué uniquement aux non-vaccinés contre la COVID-19, a appris notre Bureau d’enquête.

• À lire aussi: L’usage d’antidépresseurs en forte hausse chez les jeunes

• À lire aussi: Malgré le vaccin, 1551 morts liées à la COVID-19 en janvier

Les téléphones commandés par le gouvernement, des Motorola Moto G Power, auraient été utilisés par les agents de la Sûreté du Québec pour vérifier les passeports vaccinaux.
Photo courtoisie
Les téléphones commandés par le gouvernement, des Motorola Moto G Power, auraient été utilisés par les agents de la Sûreté du Québec pour vérifier les passeports vaccinaux.

L’idée était à ce point avancée que le ministère de la Sécurité publique a commandé 850 téléphones cellulaires Motorola Moto G Power en décembre dernier pour les agents de la Sûreté du Québec afin que ceux-ci puissent effectuer les vérifications de passeport vaccinal pendant le couvre-feu.

Les appareils acquis pour une facture totale 135 000 $, donc au coût de près de 160 $ chacun, dorment maintenant inutilisés dans un entrepôt, a indiqué le ministère de la Cybersécurité et du Numérique, chargé des achats électroniques au sein du gouvernement. 

On ignore pour l’instant ce qu’il adviendra des téléphones, a précisé le ministère. 

Rappelons que le dernier couvre-feu a été en vigueur du 31 décembre au 17 janvier. 

Sa mise en œuvre n’a pas fait l’unanimité au sein des directions régionales de santé publique. 

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio :  

Trop complexe ?

Selon une source fiable dans l’appareil gouvernemental, la solution de ne viser que les non-vaccinés a été étudiée, mais n’a pas été appliquée.

Le porte-parole de la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a confirmé l’information. 

« Il s’agit d’un scénario qui a été évoqué, mais qui n’a pas été retenu ni par le gouvernement ni par la Santé publique à cause de sa complexité », a indiqué Louis-Julien Dufresne, attaché de presse de la ministre Guilbault.

« Comme tout au long de la crise sanitaire, notre gouvernement n’a rien écarté pour assurer la santé et la sécurité des Québécois », a-t-il ajouté.

Notre source a noté que la vérification des passeports vaccinaux par les policiers n’était, en réalité, pas si complexe à réaliser, en particulier chez les automobilistes. 

Peu importe que le couvre-feu soit appliqué aux non-vaccinés ou à tous, les agents doivent de toute façon effectuer des vérifications.

De son côté, la Sûreté du Québec n’a pas voulu faire de commentaires sur cette mission qui aurait pu avoir été confiée à ses agents.

  • Écoutez la rencontre Benoit Dutrizac et Mario Dumont tous les jours en direct 7 h à QUB radio via l'app QUB :

Un autre recul

Depuis l’automne dernier, le gouvernement Legault a dû reculer à deux reprises sur des mesures importantes qui visaient les non-vaccinés. 

D’abord, en novembre, la vaccination obligatoire pour l’ensemble du personnel de la santé a été écartée à cause de son impact négatif sur la pénurie d’employés dans le secteur.

Puis, la semaine dernière, le premier ministre François Legault a annoncé que la décision d’imposer une taxe santé supplémentaire pour les non-vaccinés avait été annulée pour, a-t-il expliqué, préserver « la paix sociale ».

À VOIR AUSSI    

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.