/news/coronavirus
Navigation

Fatigue pandémique: «Il faut éviter à tout prix de faire le yo-yo», prévient la Dre Mylène Drouin

Coup d'oeil sur cet article

Le retour à un semblant de vie normale est encore pour le moment rempli d’incertitudes, mais une chose est sûre, les autorités de santé publique ne veulent plus de l’effet «yo-yo» qui, avec les fermetures et les confinements, affecte la santé mentale de tous les Québécois.

• À lire aussi: À vos agendas: voici le calendrier complet de déconfinement du Québec

• À lire aussi: Déconfinement du Québec: vers un retour à une vie (presque) normale le 14 mars

• À lire aussi: Sondages COVID: Legault s’intéresse toujours à la taxe santé

Selon la Dre Mylène Drouin, directrice de santé publique de Montréal, la stratégie du gouvernement qui consiste à faire confiance aux gens en permettant de rouvrir la société est la bonne, d'autant que l'on semble maîtriser la situation pour l'instant.

«À court terme, les indicateurs vont dans la bonne direction», a expliqué la Dre Drouin en entrevue à Québec Matin. La contagion dans les écoles est limitée et la présence du variant Omicron est aussi en baisse dans les eaux usées. 

Des incertitudes demeurent, et les autorités de santé n’excluent pas l’arrivée d’un nouveau variant qui pourrait être plus dangereux que l’Omicron, avec possiblement une remontée des cas en automne.  

«On peut avoir un nouveau variant plus virulent qui arrive. Ce qu’on souhaite, c’est vraiment de changer notre approche face au virus et d’éviter à tout prix de faire le yo-yo.»

Si un retour en force du virus se faisait sentir à la saison froide, l’idée serait d’éviter le confinement et les fermetures grâce aux outils et aux façons de faire mis en place au cours des deux dernières années. 

La vaccination, le passeport vaccinal, le port masque, les tests rapides, l’auto-déclaration, l’isolement volontaire, les PCR et le suivi de la contagion dans les eaux usées permettraient de poursuivre un semblant de vie normale malgré une pandémie qui s’étire. 

Par ailleurs, la Dre Drouin indique qu’avec l’allègement des mesures sanitaires, il faudra surveiller deux milieux de plus près afin d’y faire respecter les mesures: les bars et les tournois sportifs présenteraient plus de risques d’éclosions.  

  • Écoutez la chronique de Geneviève Pettersen au micro de Benoit Dutrizac sur QUB radio : 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.