/sports/jo
Navigation

Pékin 2022: Hénault ne reviendra pas à l’analyse

Coup d'oeil sur cet article

Analyste pour les épreuves de slopestyle à Radio-Canada le week-end dernier, Max Hénault ne sera pas de retour au micro du diffuseur officiel pour la suite des Jeux.

• À lire aussi: Pékin 2022: la Canadienne Meryeta Odine remporte le bronze en snowboard cross

• À lire aussi: Pékin 2022 : la patineuse russe Kamila Valieva rate un test de dopage

• À lire aussi: La famille de Steven Dubois fière comme jamais

Tard lundi, La Presse rapportait que M. Hénault, entraîneur notamment du champion olympique Maxence Parrot, avait été tassé de l’équipe de description de la compétition féminine de demi-lune en surf des neiges.

Max Hénault a raconté au Journal que le diffuseur officiel a reçu des plaintes au sujet de l’expression « petit Chinois », qu’il a utilisée dimanche pour décrire le planchiste Su Yiming. Il s’est à nouveau excusé, disant qu’il n’avait jamais voulu offenser des téléspectateurs. 

« Dans notre sport, être petit, c’est une qualité. Le centre de gravité est plus bas, donc c’est un avantage. On a moins de chance de blessure quand on est petit, a-t-il réitéré. Jamais ça ne m’a passé par la tête que le peuple chinois est plus petit que d’autres nations. Je n’ai jamais dit ça avec l’intention d’être négatif. Le racisme, ça ne me passe pas par la tête » 

Formation de 2 heures

Max Hénault est propriétaire et entraîneur au centre Maximise, où sont formés des planchistes. Faire de la télévision en direct n’est pas son occupation principale, souligne-t-il. 

Avant son entrée en ondes, l’ancien planchiste professionnel a suivi une formation de deux heures à Radio-Canada. Il était surtout question de porter attention aux anglicismes, dit-il. M. Héneault a expliqué ne pas avoir été sensibilisé à l’utilisation de certaines expressions qui pourraient être mal interprétées par les auditeurs. 

« J’ai dit l’expression “petit Chinois” à sa première et à sa troisième descente. J’aurais aimé qu’on me corrige dans mon oreillette après la première fois », a-t-il regretté. 

En avant-midi, aujourd'hui, M. Hénault avait toujours espoir de revenir en ondes à l’analyse du big air ce week-end. Mais il semble que ce ne soit pas dans les plans de Radio-Canada. La société d’État a répondu au Journal que pour la suite des épreuves de planche à neige, elle poursuivrait avec le même analyste qu’en 2018, Alexis Caron-Côté.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.