/opinion/columnists
Navigation

Le Canada inspire l’extrême droite mondiale

NZealand-Health-virus-protest
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le drapeau canadien flotte en ce moment dans les rues d’un nombre grandissant de pays démocratiques envahis par des antivax, des complotistes et autres citoyens au bout de leur rouleau à cause des contraintes de la pandémie.

Au Canada, des manifestants antitout se sont transformés en disciples de Trump et rêvent comme l’ex-président américain qu’il va remplacer Biden, élu en novembre dernier après avoir supposément « volé » l’élection.

La faiblesse pour ne pas dire l’incapacité de Justin Trudeau à exercer le pouvoir explique en partie l’engouement mondial de l’extrême droite qui en ces temps sombres pour la démocratie s’est trouvé une icône idéologique en la personne de Donald Trump.

Trump et ses troupes de choc, encadrés par des animateurs et commentateurs de télévision et de radio, n’ont jamais autant apprécié le Canada, un pays, à leurs yeux, ridiculement paisible et tolérant à dormir debout, mais aussi un voisin du Nord qui leur sert de marchepied pour faire entendre leur slogan « Make America Great Again ».

Plus de la moitié des Américains ne croient plus à la démocratie et piaffent d’impatience de renverser ce système « communiste » qu’ils exècrent.

Violence brutale

La vérité et la normalité ne sont plus des références. Pire, elles sont des tares sociales et intellectuelles en quelque sorte. Ce terreau favorise la propagation de la fausseté, de l’imposture et de la violence brutale.

Quant à la raison, elle devient une cible pour les complotistes, les fondamentalistes de tout genre et de toute croyance. La démocratie qui repose sur la raison et le droit est intolérable pour tous ceux qui souhaitent l’effondrement de nos pays occidentaux au profit d’un néant, de l’anarchie ou de la victoire de leaders dits populistes, qui font fi de la vraie liberté, de la dignité et de l’égalité.

Nous sommes dans une tourmente, dans l’œil d’un cyclone que des barbares espèrent pour mieux s’imposer à nous.

Débordements

Comment expliquer ces débordements de citoyens enragés qui se répandent à travers le monde depuis que les camionneurs ont envahi Ottawa, la capitale autrefois la plus paisible, la plus discrète et la plus incolore comparée à Paris, Londres, Bruxelles, et tant d’autres villes qui s’ajoutent d’un jour à l’autre et qui déploient le drapeau canadien comme symbole ?

Le monde est fou, le monde a perdu pied et la liberté est devenue un mot vidé de sens. La morale a foutu le camp, les familles sont éclatées et la définition du genre et du sexe est un « smorgasbord ». Les milliardaires sont devenus encore plus riches en deux ans alors que les démunis des pays riches vivent sur les trottoirs. Les enfants n’ont plus d’enfance et Tinder est la voie royale vers l’amour.

C’est une crise de civilisation qui s’installe. Les politiciens d’aujourd’hui drapés dans leur narcissisme, leur naïveté, leur absence de vision et leur mal de l’âme sont remis en cause par de grossiers personnages, des populistes gonflés à l’hélium ou des incultes qui ignorent que l’être humain est paradoxal, oscillant entre le bien et le mal. Autrement dit, nous vivons actuellement une période d’autant plus tragique que la démocratie demeure un joyau fragile.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.