/finance/opinion/columnists
Navigation

Les profiteurs de la pandémie

FILES-NETHERLANDS-BRIDGE-AMAZON-HERITAGE
Photo AFP Jeff Bezos fait partiellement démanteler un pont patrimonial de Rotterdam pour permettre le passage de son yacht, qui vaut pas moins de 500 millions $.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis bientôt deux ans, le monde est en guerre contre la COVID-19. Et comme dans toutes les guerres, il y a des soldats au front... et des profiteurs.

En 2022, qui sont les profiteurs de guerre ? Ceux qui ont accumulé des fortunes exorbitantes et qui se sont infiniment engraissés avec la crise sanitaire. Ceux pour qui les pénuries et les hausses de prix se sont transformées en juteux profits.

Prenez le secteur de la construction et de la rénovation. Mon collègue Stéphane Desjardins a recensé avec justesse le casse-tête que représentent l’inflation et les ruptures de stock pour les entrepreneurs et leurs clients.

Pendant ce temps, les géants de la quincaillerie se frottent les mains. Depuis deux ans, Lowe’s (RONA) enchaîne les profits records. Pour vous donner une idée, l’entreprise valait 92 milliards de dollars en 2019. Aujourd’hui, sa capitalisation boursière frôle les 155 milliards de dollars. Au passage, on a doublé la paye du grand patron Marvin Ellison, qui reçoit une compensation annuelle de 23 millions de dollars.  

Et que dire de la marge de profit nette des quincailliers ? Elle avoisine les 11 % pour Home Depot, un sommet ! 

Fortunes

Dans le contexte actuel de forte inflation, la grande question des écarts de richesse devient de plus en plus présente dans l’esprit des gens. Combien cherchent à comprendre la raison qui justifie que des nations s’endettent pour des décennies, affaiblissant le pouvoir d’achat des consommateurs, alors qu’une infime minorité en profite de façon démesurée ?

On voit le PDG d’Amazon s’envoler vers l’espace, ou encore démanteler un pont historique pour faire passer son yacht à 500 millions de dollars. Il faut préciser que le salaire médian des employés de Jeff Bezos est de 29 000 $ par année...

Tandis que ses employés mettent leur santé en péril pour un salaire médian de 29 000 $ US par an, Jeff Bezos s’envole à bord de son propre vaisseau spatial.
Photos AFP
Tandis que ses employés mettent leur santé en péril pour un salaire médian de 29 000 $ US par an, Jeff Bezos s’envole à bord de son propre vaisseau spatial.

Quant au grand patron d’Apple, il a décroché une augmentation cette année, lui permettant de toucher 100 millions de dollars. Sans parler du numéro 1 de Tesla, Elon Musk, qui vient d’empocher 16 milliards en vendant une fraction de ses actions.

Pendant que les ultrariches prospèrent, le monde s’appauvrit. Selon un rapport récent d’OXFAM, la fortune des dix hommes les plus riches du monde a plus que doublé depuis le début de la pandémie, passant de 700 milliards de dollars à 1500 milliards de dollars. Au Canada, la fortune des milliardaires a bondi de 57 %.

« Les milliardaires ont eu une formidable pandémie. Les banques centrales ont injecté des milliers de milliards de dollars dans les marchés financiers pour sauver l’économie, dont beaucoup ont fini dans les poches des milliardaires », dénonce l’ONG de lutte contre la pauvreté.

Fossé

Au sortir de la Grande Guerre, plusieurs États ont adopté des lois pour faire payer ceux qui avaient profité de la situation. À l’époque, la France, par exemple, a prélevé un impôt exceptionnel sur les industriels qui se sont enrichis de façon excessive pendant cette période.

Aujourd’hui, raviver l’idée d’une telle contribution ne résoudrait pas tous les problèmes auxquels nous faisons face, loin de là. Par contre, elle permettrait au moins de réanimer le sentiment d’une certaine justice sociale, selon OXFAM.

« Au Canada, une taxe annuelle graduelle sur la fortune des multimillionnaires et milliardaires pourrait rapporter 79 milliards de dollars par an, soit assez pour augmenter le budget de la santé de 57 %. »

Si l’indécence parvient même à franchir l’espace, on peut aujourd’hui se demander quelle sera sa limite.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.