/finance/business
Navigation

«Je n’ai jamais vu ça»: Rambo fait exploser les ventes des bières du Malbord

Bernard «Rambo» Gauthier.
Syndicaliste
Photo Roger Ganon Bernard «Rambo» Gauthier. Syndicaliste

Coup d'oeil sur cet article

L’attention dont a fait l’objet la microbrasserie Le Malbord la semaine dernière aura finalement entraîné une forte augmentation de ses ventes partout au Québec.

• À lire aussi: Microbrasserie intimidée: les élus dégoûtés par le geste de Rambo

• À lire aussi: Une microbrasserie goûte à la médecine de Rambo Gauthier

« C’est fou comme ça se vide rapidement. Je n’ai jamais vu ça », confiait au Journal Stéphanie Therrien, conseillère en bière du Dépanneur Le Peluso-Rachel, à Montréal. 

« Les clients entrent, cherchent la marque, et achètent deux ou trois canettes d’un coup. On sent que c’est une réaction à ce qui se passe depuis quelques jours, un geste motivé par une situation qui les a choqués. »   

  • La rencontre Dutrizac - Martineau diffusée chaque jour en direct 11 h via QUB radio :    

Inverse de l’effet recherché

Rappelons que la microbrasserie gaspésienne a été visée par différents gestes d’intimidation, après qu’elle eut tenté la semaine dernière de se dissocier de Bernard « Rambo » Gauthier, l’un des organisateurs du récent mouvement de protestation contre les mesures sanitaires à Québec. Mais les appels au boycottage, relayés par les supporters du syndicaliste nord-côtier, auront, semble-t-il, eu l’effet inverse, a confirmé au Journal Félix Labrecque, copropriétaire de la brasserie Le Malbord. 

« Nous avons effectivement remarqué une hausse de ventes et des commandes partout au Québec. Ce n’était pas notre objectif au départ. Mais il semble que tout cela [la controverse] aura finalement eu un effet positif sur notre notoriété et le désir des clients de faire l’essai de nos produits. »

Modeste, le microbrasseur se montre prudent devant le désir de détaillants de le voir accroître rapidement sa production. 

« Pour l’instant, rien ne change. Il est encore trop tôt pour prendre une telle décision », dit-il, expliquant que cette hausse soudaine des ventes pourrait très bien n’être que passagère. 

  • Écoutez Yves Daoust, directeur de la section Argent du Journal de Montréal et du Journal de Québec, sur QUB radio :    

À voir aussi     

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.