/sports/racing
Navigation

500 milles de Daytona: «Je n’ai aucune raison de lever le pied» -Jacques Villeneuve

La présence de ses enfants ne change pas le pilotage de Jacques Villeneuve

Jacques Villeneuve
Photo Louis Butcher Jacques Villeneuve a posé avec sa conjointe Marra Giulia et trois de ses enfants, Joakim (à gauche), Gilles, né il y a deux semaines, et Jules. Ses deux autres garçons, Benjamin et Henri, n’ont pas fait le déplacement à Daytona.

Coup d'oeil sur cet article

DAYTONA BEACH | Certains diront que d’avoir un enfant pourrait inciter les pilotes de course à changer leur façon de se comporter sur un circuit. Ce n’est certes pas le cas de Jacques Villeneuve. 

• À lire aussi: Jacques Villeneuve qualifié pour le Daytona 500

À 50 ans, le champion du monde de Formule 1 en 1997 a toujours le feu sacré. Sans cette passion, il n’aurait d’ailleurs jamais accepté cette invitation de participer à la célèbre épreuve des 500 Milles de Daytona.  

Malgré son âge vénérable (il est le deuxième plus vieux inscrit cette année à Daytona après Greg Biffle), le physique tient le coup. 

« Ça fait 30 ans que je fais de la course et je ne vois pas de changement si ce n’est que quelques malaises au dos parfois, a-t-il raconté en entrevue au Journal. On m’a toujours dit qu’à 45 ans, tu vas te fatiguer. Alors je ne sens aucune différence. J’ai couru en série NASCAR en Europe [et gagné une épreuve l’an dernier]. Alors, pourquoi abandonner ? 

« Quand mon corps ne suivra plus et que je réaliserai que c’est trop éprouvant, je vais accrocher mon casque. Si je m’aperçois aussi que la prise de risque est trop élevée, j’arrêterai. Mais ce jour n’est pas encore arrivé. » 

Bien entouré à Daytona

Pour une rare fois, ses deux plus vieux enfants, Jules et Joakim, accompagnent leur père sur un circuit de course. Ils sont accompagnés du tout dernier (et de son cinquième garçon), Gilles, né il y a deux semaines à peine, que lui a donné Marra, sa nouvelle conjointe qui a également fait le déplacement en Floride. 

Cette notion du risque est revenue à quelques reprises pendant notre conversation. 

« Le risque fait partie de la course, explique Villeneuve. Quand tu arrives dans un virage qui exige de rouler le pied au plancher, tu le fais, car ça peut faire une différence. Courir, c’est mon métier, enchaîne-t-il. Quand je m’installe dans la voiture, je ne pense pas aux enfants et il ne faut pas le faire. Je n’ai aucune raison de lever le pied. Rendu au cinquième [enfant], j’aurais changé ma façon de me comporter bien avant.

« Je suis très vivant quand j’ai un volant dans les mains, avance-t-il. Et je n’ai pas l’impression de prendre des risques dans une voiture de course.

« Tant et aussi longtemps que je serai heureux à faire mon travail, je ne vois pas la fin de ma carrière. Mais, en contrepartie, je ne sauterais pas des rochers en skis... » 

« La vie est dangereuse »

On lui a évidemment rappelé qu’il pratiquait un sport dangereux, même si la sécurité a fait des pas de géant au fil des ans. Les pilotes ne sont jamais à l’abri d’accidents sérieux. Rappelez-vous l’embardée terrifiante de Ryan Newman il y a deux ans ici même à Daytona. On parle d’un véritable miraculé. 

« Oui, c’est vrai, rétorque Villeneuve, mais la vie est dangereuse. Si tu commences à penser de cette façon, aussi bien rester à la maison et ne pas en sortir.

« La course, c’est plus dangereux qu’une promenade au parc, mais on est quand même sous contrôle et en partie maître de notre destin. C’est à nous de décoder, en tant que pilote, la quantité de risques à prendre. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.