/news/health
Navigation

Un oncologue québécois nommé à la tête d’un réseau de recherche

GEN-PORTRAIT-DR ANDRÉ VEILLETTE-RECHERCHE-IRCM
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits Dr André Veillette, Chercheur et professeur à l’UdeM

Coup d'oeil sur cet article

Un éminent oncologue et immunologiste québécois est nommé à la tête d’un réseau de recherche contre le cancer pancanadien et doté d’un budget de 300 M$.

• À lire aussi - Un gros merci aux infirmières: des médecins leur rendent hommage

« Il y aura des progrès énormes dans le traitement des cancers qui sont encore responsables du tiers des maladies mortelles au Canada », affirme le Dr André Veillette. 

Le médecin, dont la nomination sera rendue publique aujourd’hui, est le premier directeur du Réseau du marathon de l’espoir de l’Institut de recherche Terry Fox.

Le médecin est « très excité » à l’idée de diriger ce nouveau réseau qui compte 35 collaborateurs d’un bout à l’autre du Canada. 

Un des projets les plus prometteurs consiste à créer une banque de 15 000 échantillons de tumeurs que les laboratoires pourront examiner. 

Il croit que c’est dans la médecine personnalisée, où les traitements sont adaptés au profil génétique de chaque patient, et dans le renforcement du système immunitaire avant l’intervention thérapeutique qu’on obtiendra les meilleurs succès dans la lutte contre le cancer.

Figure bien connue du public en raison de sa participation au Groupe de travail sur les vaccins contre la COVID-19 du gouvernement fédéral, le Dr Veillette est d’abord un chercheur qui se consacre depuis 25 ans à la recherche fondamentale. 

Ses travaux publiés dans les plus prestigieuses revues (Nature, Science) lui ont valu de nombreuses récompenses et une crédibilité mondiale. 

« Briser les silos »

En acceptant la direction du réseau, le Dr Veillette souhaite « briser les silos » entre les chercheurs du pays. 

« Nous avons d’excellentes équipes de recherche à Vancouver, Toronto, Montréal, ainsi que dans les Prairies et les Maritimes, mais nous n’avons pas beaucoup d’occasions de travailler ensemble. Ce réseau servira à renforcer nos liens », affirme ce natif de Trois-Rivières qui a étudié aux États-Unis avant de revenir au Canada en 1989.

L’institut basé à Vancouver a été nommé en l’honneur de Terry Fox. Atteint d’un cancer, il avait dû être amputé au-dessus du genou. Il s’est ensuite lancé dans un périple philanthropique qui devait le conduire au pas de course d’un océan à l’autre. 

En créant le Marathon de l’espoir en 1980, il souhaitait recueillir un dollar par Canadien. Aujourd’hui, les fonds amassés totalisent plus de 700 millions ; c’est 140 fois le montant rêvé par l’athlète.

À VOIR AUSSI 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.