/sports/jo
Navigation

Sept personnalités publiques québécoises qui ont surmonté l’adversité

Coup d'oeil sur cet article

Le 7 février, Maxence Parrot a remporté l’or après une performance impressionnante de slopestyle aux Jeux olympiques de Pékin, alors qu’il se battait contre un cancer il y a moins de trois ans. Malgré cette tragédie, il a su se montrer résilient pour revenir au sommet. Mais il n'est pas le seul.

En voici sept. 

• À lire aussi: Le Québécois Maxence Parrot remporte le bronze au big air

• À lire aussi: Santé mentale: l’image du héros sportif est en train de changer

• À lire aussi: Un disque platine pour Harmonium symphonique

1. Maxence Parrot 

Connu comme l'un des meilleurs planchistes au monde, le Bromontois médaillé plus de dix fois aux X Games apprend en novembre 2018 qu'il souffre du lymphome de Hodgkin, un type de cancer.  

Le planchiste, alors âgé de 27 ans et au sommet de son sport, est dévasté : il devra s'absenter des compétitions afin de subir six longs mois de traitement. 

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Contre toute attente, il réussit à participer aux X Games cette même année. Deux mois avant le début de la compétition, il est finalement déclaré guéri. 

Ne perdant pas une seconde, il s’entraîne sept jours sur sept pour se remettre en forme aussi vite que possible. Parrot remporte le championnat norvégien malgré son absence pendant la saison. 

Photo Didier Debusschère

Le 7 février 2022, le planchiste québécois obtient la première médaille d’or canadienne des Jeux olympiques de Pékin, à l'épreuve de slopestyle. 


2. Joannie Rochette 

La résilience de la patineuse artistique Joannie Rochette a marqué le public lors des Jeux olympiques d’hiver de Vancouver, en 2010. 

DEREK RUTTAN /LONDON FREE PRESS/

Deux jours avant le début de l’épreuve féminine, sa mère, Thérèse, est décédée subitement d’une crise cardiaque à son arrivée à Vancouver. 

Photo:Daniel Mallard

La patineuse artistique a participé aux compétitions malgré son deuil. Sa prestation émouvante lui a valu une médaille de bronze. 


3. Geneviève Borne 

L’animatrice Geneviève Borne a reçu un diagnostic de cancer du sein en 2008. La nouvelle est tombée quelques mois après que son conjoint, le producteur de disques Michel Gendron, soit décédé d’une crise cardiaque. 

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

L’ex-VJ de Musique Plus met sa carrière sur pause afin de subir des traitements de chimiothérapie et de radiothérapie.  

Maintenant guérie, elle est revenue dans la sphère publique où elle parle beaucoup de son expérience. 


4. Étienne Boulay 

Le maraudeur des Alouettes et des Argonauts Étienne Boulay se retire en 2013 après une carrière de sept saisons lors de laquelle il a remporté trois Coupes Grey. 

Jocelyn Malette

C’est à ce moment que les choses ont mal tourné pour lui et qu'il a perdu tous ses repères. Déjà dépendant à l’alcool et à la drogue, il doit également faire face à des problèmes mentaux qui le mènent à une tentative de suicide. 

Boulay a su identifier un des éléments qui l'ont mené dans la noirceur et vers des habitudes excessives : une commotion cérébrale subie en juillet 2011 pendant un match. 

MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTREAL / AGENCE QMI

Après une thérapie et plusieurs changements dans sa vie, il est fier d’être complètement sobre depuis quelques années. Boulay reste tout de même honnête sur ce qu’il a vécu et sur ce qu’il vit toujours, avouant qu’il s’agit d’un combat de tous les instants. 


5. Jonathan Drouin 

Originaire de Sainte-Agathe-des-Monts, l'attaquant du Canadien de Montréal Jonathan Drouin combattait depuis plusieurs années de l’anxiété et des problèmes d’insomnie. Ses problèmes de santé mentale se sont toutefois accentués lors de la pandémie. 

Photo d'archives, Martin Chevalier

Après avoir été malade pendant une période d’échauffement, le jeune attaquant frappe un mur. Il décide de se retirer de l’équipe le 28 avril 2021 pour prendre soin de lui, tout juste avant le début des séries de la LNH. 

Après une longue pause bénéfique, il est revenu au jeu la saison suivante. Il a d’ailleurs marqué le premier but du Canadien cette saison.  

Photo AFP


6. Serge Fiori 

Après avoir connu la gloire dans les années 70, Serge Fiori s'est tranquillement effacé de la scène artistique québécoise après la dissolution d’Harmonium. La raison? De sévères problèmes d’anxiété qu’il traîne depuis sa tendre adolescence. 

Conférence de presse de Serge Fiori, Louis Valois et Michel Normandeau du groupe de musique Harmonium concernant le 45e anniversaire de l'album Harmonium, à Montréal, vendredi le 18 octobre 2019.
JOEL LEMAY/AGENCE QMI
Joël Lemay / Agence QMI
Conférence de presse de Serge Fiori, Louis Valois et Michel Normandeau du groupe de musique Harmonium concernant le 45e anniversaire de l'album Harmonium, à Montréal, vendredi le 18 octobre 2019. JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Ses problèmes ont débuté après que Fiori eut vécu un «bad trip» après avoir consommé du LSD, lorsqu’il était au cégep. La drogue lui a laissé d’affreuses séquelles psychologiques. 

Après le lancement de son album solo en 1987, il disparait complètement du paysage médiatique. Déchiré, Fiori espérait alors éviter les sentiments de perte de contrôle et les crises d’angoisse qui l’ont rendu mal à l’aise en public et mal dans sa peau. 

DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QU

Aujourd'hui médicamenté, il a repris goût à son métier, mais il respecte ses limites. 


7. Saku Koivu 

Bien qu’il ne soit pas né au Québec, le numéro 11 du Canadien a résidé à Montréal pendant plus de 15 ans. 

Jocelyn Malette

En 2001, Saku Koivu ressent de graves douleurs au niveau de l'estomac. Des tests effectués à l’hôpital révèlent une importante quantité de fluide contenant des cellules cancéreuses malignes. 

Il débute alors une série de traitements de chimiothérapie et de radiothérapie à l’Hôpital général de Montréal jusqu’en 2002. À son retour au jeu en septembre de cette année, il a eu droit à une ovation de plus de cinq minutes au Centre Molson (maintenant le Centre Bell). 

PIERRE VIDRICAIR/LES ARCHIVES/LE JOURNAL DE MONTREAL/AGENCE QMI

Il a ensuite créé la Fondation Saku Koivu et a remis huit millions de dollars à l’Hôpital général de Montréal pour de l’équipement médical de pointe. 

À VOIR AUSSI...      

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.