/finance/opinion/columnists
Navigation

Une baisse d'impôt pour contrer l'inflation

Coup d'oeil sur cet article

Dans le cadre des récentes consultations prébudgétaires du ministre des Finances Eric Girard, la division québécoise de la Fédération canadienne des contribuables lui a recommandé de réduire de 10 % la facture d’impôt des contribuables lors du dépôt en mars du budget 2022-23.  

Une telle mesure permettrait aux familles québécoises d’économiser quelque 3,9 milliards de dollars d’impôt provincial.  

À titre d’exemple, voici l’économie d’impôt provincial qu’une telle baisse de 10 % générerait sur votre revenu imposable s’il s’élevait :     

  • à 40 000 $ : -364 $  
  • à 50 000 $ : -539 $  
  • à 60 000 $ : -739 $  
  • à 70 000 $ : -939 $  
  • à 80 000 $ : -1139 $  
  • à 90 000 $ : -1339 $   

Pas de doute que ce genre de « mesure budgétaire » donnerait un solide répit financier aux familles, tout en leur permettant d’affronter la galopante inflation qui a fait bondir le prix d’un grand nombre de produits, dont les aliments, l’essence, les loyers, etc. À cela s’ajoute la magistrale hausse du prix des propriétés résidentielles, des voitures d’occasion...

Pire encore : le coût des emprunts va royalement grimper, puisque la Banque du Canada va prochainement hausser son taux directeur. Cela va entraîner à la hausse toute la grille des taux : prêts hypothécaires, prêts auto, emprunts personnels, marges de crédit, cartes de crédit. 

  • Écoutez l'édito économique de Michel Girard diffusé chaque jour en direct 6 h 50 à QUB radio :   

L’ABERRATION  

Autre suggestion de mesure fiscale vraiment pertinente de la part de l’organisme de défense des contribuables : mettre fin à l’application de la TVQ sur les taxes spécifiques québécoises, telles la taxe sur les carburants et la taxe sur les boissons alcooliques.

Non mais, quelle exploitation fiscale de la part de Québec de percevoir la taxe de vente sur ses autres taxes ! Québec nous soutire plus de 300 millions de dollars par année avec cette ratoureuse manœuvre fiscale.

Où Québec prendrait-il l’argent pour accorder une baisse d’impôt de 10 % ? L’organisme de défense des contribuables recommande tout simplement d’éliminer 5000 postes de fonctionnaires, comme l’avait d’ailleurs « promis » François Legault lors de la campagne électorale de 2018 !  

BAISSER L’IMPÔT DES SOCIÉTÉS  

Depuis qu’il est au pouvoir, le gouvernement Legault souhaite combler, un de ces jours, l’écart de richesse (au moins de 13 %) existant entre le Québec et l’Ontario. Et pour ce faire, il mise sur une amélioration de la productivité.  

Comme le Québec et l’Ontario ont un taux général d’imposition des sociétés similaire, soit 11,5 %, l’organisme de défense des contribuables croit qu’une baisse d’impôt corporatif pourrait nettement améliorer la productivité des entreprises québécoises.

L’organisme propose donc de réduire de 4,9 points de pourcentage ledit taux général, le rabaissant ainsi de 11,5 à seulement 6,6 %. Et il suggère une diminution de 1,9 point sur le taux applicable aux PME qui bénéficient d’un taux d’imposition réduit.

Nos entreprises pourraient ainsi bénéficier d’une diminution annuelle de leur facture d’impôt de 4,2 milliards $.  

Mais il y a un « prix à payer » pour cette suggestion fiscale. En échange de cette baisse d’impôt, il faudrait que Québec mette la hache dans les 4,2 milliards $ de subventions accordées aux entreprises.   

  • Écoutez aussi le segment économique de Michel Girard diffusé chaque jour en direct 6 h 50 à QUB radio :   

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.