/news/coronavirus
Navigation

La désinformation fait des ravages chez les révoltés

Les manifestants rencontrés tiennent des propos incohérents avec la science

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Théories du complot, croyances religieuses et méfiance envers les autorités se mélangent chez des manifestants rencontrés à Ottawa par Le Journal, illustrant les ravages de la désinformation au sein de ce soulèvement populaire.

• À lire aussi: Des touristes coincés à l’hôtel

• À lire aussi: Loi sur les mesures d'urgence: l’ACLC dépose une demande d’examen judiciaire

• À lire aussi: [IMAGES] Les policiers s'attaquent aux camions

« C’est Dieu qui m’envoie ici », lance Everard Brideau, âgé de 67 ans. Calme et pacifique, le Néo-Brunswickois défiait néanmoins la rangée de policiers devant lui, vendredi, à Ottawa.

Selon lui, les victimes de la COVID-19 au pays « ne sont pas mortes du virus, ils sont morts du vaccin ». 

Et lorsque le représentant du Journal lui a dit avoir reçu trois doses, M. Brideau lui a assuré une mort dans les trois prochaines années.

« C’est fait pour vous tuer. Ils veulent diminuer les deux tiers de la population », lance le sexagénaire. 

Qui sont ces « ils » ? 

« Les multimillionnaires, ceux qui contrôlent la planète », poursuit-il.

Everard Brideau, Manifestant
Photo Hugo Duchaine
Everard Brideau, Manifestant

L’aide d’un shaman

Cependant, il connaît un shaman prêt à nous nettoyer des vaccins et cela peut même se faire au téléphone, promet M. Brideau.

La manifestante ontarienne Shannon Schoutese croit elle aussi que les vaccins sont responsables de nombreux décès.

Elle n’a aucune confiance envers les chiffres et statistiques mis de l’avant par le gouvernement. 

Que ce soit pour le nombre de victimes de la COVID-19 ou les effets secondaires du vaccin, elle dit s’informer « ailleurs ».

Elle s’est récemment rendue à Ottawa pour appuyer le convoi, car « [ses] bottines devaient suivre [ses] babines ». 

« La seule façon de faire disparaître la pandémie, c’est de sortir Justin Trudeau [du Parlement] », ajoute la quinquagénaire.

Vendredi, elle était prête à se faire arrêter si elle devait en arriver là. 

Des cobayes, selon eux

Des idées similaires sont constamment scandées dans les rues d’Ottawa par des manifestants qui s’estiment victimes « d’une expérience scientifique ratée » menée par des « tyrans corrompus ».

Des affiches devant le parlement d’Ottawa font aussi la promotion de diverses théories complotistes.

Plusieurs manifestants brandissent quant à eux des panneaux avec la Charte canadienne des droits et libertés ou la Constitution. 

Ils ne se disent pas antivaccins, mais bien contre l’obligation de le recevoir.


La grande majorité des manifestants abordés par Le Journal ont refusé de parler publiquement.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.