/sports/hockey/canadien
Navigation

Un poste créé sur mesure

Vincent Lecavalier devient conseiller spécial aux opérations hockey du Canadien

L’ancien capitaine du Lightning Vincent Lecavalier quittant le lutrin lors de la cérémonie du retrait de son chandail le 10 février 2018 à Tampa Bay.
Photo d’archives, AFP L’ancien capitaine du Lightning Vincent Lecavalier quittant le lutrin lors de la cérémonie du retrait de son chandail le 10 février 2018 à Tampa Bay.

Coup d'oeil sur cet article

Travailler avec Kent Hughes, son ancien agent, et Martin St-Louis, son grand ami, c’est une occasion en or que Vincent Lecavalier ne voulait pas laisser passer. Mais il fallait d’abord s’assurer que le plan fonctionne pour tous les partis impliqués.

• À lire aussi: Blake Wheeler veut mener les Jets en séries

• À lire aussi: Les blessés s’accumulent chez le Rocket

Chez le Canadien, on a réglé la situation en offrant à l’ancien capitaine du Lightning de Tampa Bay un poste de conseiller spécial aux opérations hockey.

« Je n’ai pas envoyé mon CV aux 31 autres équipes pour ce job. Mais avec Kent, Martin et l’organisation du Canadien de Montréal, je n’ai pas eu à réfléchir. Le poste est conçu pour que je puisse aider l’équipe tout en demeurant auprès de ma famille en Floride », a expliqué Lecavalier au cours d’une visioconférence.

Difficile d’établir avec précision quelle sera la définition de tâches de Lecavalier. À l’écouter décrire ce que l’organisation attend de lui, on constate que sur un site de recherche d’emploi, l’offre aurait été affichée sous la rubrique « homme à tout faire ».

« Deux jours avant la date limite de transactions, je pourrai partir dans une ville pour aller évaluer un joueur. J’irai au camp, je rencontrerai les gars, je peux aider les jeunes aussi, comme Cole Caufield et Nick Suzuki, a énuméré Lecavalier. J’aiderai les recruteurs pros sur certains joueurs. Pour le repêchage, les joueurs autonomes, je ferai aussi du travail. »

Déjà au boulot

D’ailleurs, si son embauche a été officialisée vendredi, Lecavalier est à l’œuvre depuis quelque temps déjà. Il a révélé avoir eu son mot à dire dans la transaction qui a fait passer Tyler Toffoli aux Flames, plus tôt cette semaine.

« Au cours des deux ou trois dernières semaines, j’ai fait aussi des trucs par vidéo. J’ai regardé Emil Heineman. Je pouvais voir ses qualités et ses défauts », a-t-il raconté.

Deux ou trois semaines, ça concorde également avec l’apparition de rumeurs selon lesquelles il deviendrait adjoint au directeur général. Rumeurs qu’il a de nouveau réfutées, vendredi.

« On ne m’a jamais proposé ce poste. Être adjoint à un DG, c’est un poste à temps plein et ça aurait impliqué un déménagement à Montréal. Pour moi, ce n’était pas possible », a-t-il soutenu.

On peut quand même se demander si le poste d’adjoint n’est pas celui que Hughes aurait proposé à Lecavalier si celui-ci n’était pas le père de trois enfants âgés de 8, 10 et 11 ans.

Un country club ?

Hughes, St-Louis et Lecavalier se côtoient depuis une vingtaine d’années. Même si s’entourer de connaissances est une situation qui se voit dans toutes les sphères de l’entrepreneuriat, ne constitue-t-elle pas un danger ? Surtout chez le Canadien, dont toutes les actions sont scrutées à la loupe et chez qui le dernier country club aussi évident a connu un échec retentissant ?

« Ça fait 20 ans que je parle de hockey avec Kent et Martin. On n’est pas toujours d’accord. Mon opinion ne sera pas toujours la même que celle de Kent, a soutenu Lecavalier. Kent veut s’entourer avec des gars qui ont différentes visions. Il veut rendre l’organisation meilleure. Mon job sera justement de le challenger, d’offrir mes idées. »

L’avenir nous dira si Gorton et Hughes ont raison de procéder ainsi. Mais ça vaut la peine de laisser la chance aux coureurs. Et comme l’a fait remarquer un collègue à Lecavalier, sur un ton mi-sérieux, tant qu’à appeler un bon ami toutes les semaines pour jaser hockey et obtenir son avis, aussi bien le payer.

Un autre ami du parti

Par la même occasion, le Canadien a annoncé l’embauche de Nick Bobrov à titre de codirecteur du recrutement amateur. Une fonction qu’il occupera conjointement avec Martin Lapointe. 

Âgé de 46 ans, Bobrov compte une vingtaine d’années d’expérience dans le domaine. Il a croisé Gorton à Boston et à New York, alors qu’il occupait les fonctions de directeur du recrutement européen.

David Krejci, choix de 2e ronde (63e au total) en 2004, fut son meilleur coup chez les Bruins. Chez les Rangers, outre Kaapo Kakko, qui faisait l’unanimité autour de la table, on lui doit la sélection de Filip Chytil, réclamé au premier tour (21e au total) en 2017.

Comme Hughes, sa carrière de joueur a pris fin après quatre saisons dans l’uniforme des Panthers de Middlebury College (en division III de la NCAA), dont la dernière à titre de capitaine.


QUI EST NICK BOBROV ?

  • 46 ans
  • Originaire de Saint-Pétersbourg 
  • Il a évolué pour les Panthers de Middlebury College (NCAA, division III) de 1995-1996 à 1998-1999. Il a été capitaine de cette formation à sa dernière campagne.  
  • Entraîneur vidéo
    Bruins de Boston 1999 à 2001
  • Directeur du recrutement européen
    Bruins de Boston 2001 à 2006
    ◼ David Krejci, 2e ronde (63e) en 2004
    ◼ Vladimir Sobotka, 4e ronde (106e) en 2005  
  • Recruteur
    Kings de Los Angeles 2006 à 2009
    ◼ Vyacheslav Voynov 2e ronde (32e) en 2008  
  • Consultant en recrutement
    KHL 2009 à 2011
  • Directeur du recrutement
    SKA de Saint-Pétersbourg (KHL) 2011 à 2014
  • Directeur du recrutement européen
    Rangers de New York 2015 à 2021
    ◼ Lias Andersson, 1re ronde (7e) en 2017
    ◼ Filip Chytil, 1re ronde (21e) en 2017
    ◼ Vitali Kravtsov, 1re ronde (9e) en 2018
    ◼ Nils Lundkvist, 1re ronde (28e) en 2018
    ◼ Kaapo Kakko, 1re ronde (2e) en 2019  

* Il a également été impliqué dans l’embauche d’Alexandar Georgiev comme joueur autonome en juillet 2017.

À VOIR AUSSI :     

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.