/news/currentevents
Navigation

[EN IMAGES] «Convoi de la liberté»: des milliers de gens devant l'Assemblée nationale

Quelques milliers de personnes manifestent sur un ton festif à Québec malgré les récents assouplissements

Coup d'oeil sur cet article

Le déconfinement progressif de la province n’a pas découragé quelques milliers de manifestants opposés aux mesures sanitaires de se réunir pour la deuxième fois sur la colline Parlementaire à Québec samedi.

• À lire aussi: [EN DIRECT] Démantèlement du «convoi de la liberté»: la tension monte à Ottawa, la police durcit le ton

La foule encore une fois éclectique et très familiale, quoique moins nombreuse qu’il y a deux semaines, s’est massée devant la scène mobile aménagée face à l’Assemblée nationale et le long de René-Lévesque.

Dans une ambiance la plupart du temps festive et loin de la confrontation observée à Ottawa, les manifestants ont exprimé leur exaspération de la situation actuelle, et ce en dépit du déconfinement déjà bien amorcé qui va culminer à la mi-mars avec la suspension du passeport vaccinal.

Photo Marie-Pier Roy

Peu après 19h, l'entrée sur scène du chanteur Keven Chouinard a fait bouger et crier la foule avec entrain.
Peu après 19h, l'entrée sur scène du chanteur Keven Chouinard a fait bouger et crier la foule avec entrain.

Photo Agence QMI, Marcel Tremblay

« Ce qu’on veut c’est tout annuler, on veut retrouver la vie d’avant », a demandé Éric, de Baie-Comeau.  

Jérémy Bernier

 

Les revendications allaient du retrait de l’état d’urgence sanitaire – dont la disparition doit faire l’objet d’un projet de loi prochainement – à la démission de François Legault.

« Méditation avec les anges »

En après-midi, la place de la fontaine de Tourny a pris les allures d’un concert extérieur d’été, alors que des peluches étaient lancées dans la foule et que des prestations musicales et des discours se succédaient sur la petite scène.

MARCEL TREMBLAY / AGENCE QMI

Jérémy Bernier

« Ça fait deux fois qu’on manifeste pacifiquement, j’espère que le gouvernement va nous renvoyer l’ascenseur », a lancé l’un des organisateurs, Bernard Gauthier, avant de saluer « les guerriers à Ottawa ».

 

Les manifestants entassés et pour la grande majorité non masqués ont également vécu un moment plutôt insolite lors d’une séance de « méditation avec les anges ».

Les spectateurs ont été invités par une « enseignante spirituelle » à accueillir la « lumière des archanges », à reconnaître les « effets du 3D » et à « co-créer la nouvelle Terre ».

Photo Agence QMI, René Leclerc

 

Moins cacophonique

La manifestation s’est avérée mieux organisée, avec la présence de toilettes chimiques et de kiosques de nourriture, et un peu moins cacophonique que celle du 5 février en plein Carnaval.

Photo Agence QMI, René Leclerc

 

Les klaxons se sont particulièrement fait entendre sur les coups de 11 h et de 17 h, entre lesquels on a senti un effort pour offrir un certain répit à la population locale.

Vers 21 h, il restait encore quelques centaines de personnes ainsi que des enfants amassés devant la scène devant l’Assemblée nationale, dansant au son de la musique électro. Sur le boulevard René-Lévesque, des dizaines de camions étaient installés pour y passer la nuit. Quelques bruits de klaxon retentissaient toujours malgré l’interdiction, et des feux d’artifice ont été lancés.

Présentes en grand nombre, les forces de l’ordre ont procédé à au moins quatre arrestations, soit deux en vertu du Code criminel, et deux pour diverses infractions aux règlements municipaux. Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a indiqué avoir distribué un total de 99 constats d’infraction. Aucun débordement n’a été signalé.

Les manifestants sont bien organisés. Sur place, des toilettes chimiques ont été installées et des postes de ravitaillement pour les manifestants qui auraient un petit creux.

Les manifestants se mobilisent pour la deuxième fois en deux semaines contre l’urgence sanitaire sur la colline parlementaire à Québec.
Photo Jérémy Bernier
Les manifestants sont bien organisés. Sur place, des toilettes chimiques ont été installées et des postes de ravitaillement pour les manifestants qui auraient un petit creux. Les manifestants se mobilisent pour la deuxième fois en deux semaines contre l’urgence sanitaire sur la colline parlementaire à Québec.

 

La police de Québec a toléré la tenue de l’événement même si aucun permis formel n’a été octroyé, en plus de permettre la présence d’une cinquantaine de camions et de tracteurs agricoles qui occupaient deux voies du boulevard René-Lévesque et un secteur de Grande Allée.

Les manifestants sont bien organisés. Sur place, des toilettes chimiques ont été installées et des postes de ravitaillement pour les manifestants qui auraient un petit creux.

Les manifestants se mobilisent pour la deuxième fois en deux semaines contre l’urgence sanitaire sur la colline parlementaire à Québec.
Photo Jérémy Bernier
Les manifestants sont bien organisés. Sur place, des toilettes chimiques ont été installées et des postes de ravitaillement pour les manifestants qui auraient un petit creux. Les manifestants se mobilisent pour la deuxième fois en deux semaines contre l’urgence sanitaire sur la colline parlementaire à Québec.

Photo Jérémy Bernier

Marcel Tremblay | Agence QMI

Photo Agence QMI, Marc Vallières

Photo Jérémy Bernier

Photo Jérémy Bernier

Photo Jérémy Bernier

Photo Jérémy Bernier

Bernard Rambo Gauthier, figure du mouvement du «convoi de la liberté» à Québec, a tenu un discours devant les manifestants rassemblés sur le boulevard René Lévesque, près de l’Assemblée nationale, le samedi 19 février 2022. MARCEL TREMBLAY / AGENCE QMI
Photo Agence QMI, Marcel Tremblay
Bernard Rambo Gauthier, figure du mouvement du «convoi de la liberté» à Québec, a tenu un discours devant les manifestants rassemblés sur le boulevard René Lévesque, près de l’Assemblée nationale, le samedi 19 février 2022. MARCEL TREMBLAY / AGENCE QMI

Photo Agence QMI, Marcel Tremblay

Photo Jérémy Bernier

Plus tôt, Tania Martin, du regroupement Action Liberté, a par la suite demandé la fin des mesures «discriminatoires» et de l’état d’urgence «pour toujours».

Photo Jérémy Bernier

Bernard Rambo Gauthier, figure du mouvement du «convoi de la liberté» à Québec, a tenu un discours devant les manifestants rassemblés sur le boulevard René Lévesque, près de l’Assemblée nationale, le samedi 19 février 2022. MARCEL TREMBLAY / AGENCE QMI
Photo Agence QMI, Marcel Tremblay
Bernard Rambo Gauthier, figure du mouvement du «convoi de la liberté» à Québec, a tenu un discours devant les manifestants rassemblés sur le boulevard René Lévesque, près de l’Assemblée nationale, le samedi 19 février 2022. MARCEL TREMBLAY / AGENCE QMI

Photo Jérémy Bernier

Les manifestants se mobilisent pour la deuxième fois en deux semaines contre l’urgence sanitaire sur la colline parlementaire à Québec.
Photo Jérémy Bernier
Les manifestants se mobilisent pour la deuxième fois en deux semaines contre l’urgence sanitaire sur la colline parlementaire à Québec.

Photo Jérémy Bernier

Photo Agence QMI, Marc Vallières


Le rassemblement doit se poursuivre dimanche avec d’autres discours et spectacles et se conclure vers 17 h.

Sur le même sujet
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.