/finance
Navigation

Inflation: les enseignes coûtent beaucoup plus cher à produire

Inflation: les enseignes coûtent beaucoup plus cher à produire
Simon Dessureault / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le créneau des enseignes, un secteur d’activité peut-être moins connu du grand public, n’échappe pas à la vague inflationniste actuelle ayant à conjuguer avec des intrants de plus en plus dispendieux. 

Lucie Lemay, qui dirige Enseignes Amtech Signature, à Notre-Dame-de-Lourdes, tout près de Joliette, dit être confrontée à des hausses de prix de tous les matériaux entrant dans la production des enseignes. 

Son entreprise conceptualise, fabrique, installe et entretient des affiches extérieures, intérieures ou numériques. 

Du vinyle, de l’acrylique, de l’aluminium, des lumières, des machines à découper, de la peinture, entre autres, font partie des matériaux utilisés. 

«Tout cela a augmenté, ç’a explosé à l’automne», a affirmé Mme Lemay, lorsque nous l’avons rencontrée dans son atelier. L’augmentation s’applique à chaque enseigne, ça fait une grosse différence.» 

Par exemple, le vinyle, qui constitue une dépense importante pour l’entreprise, a augmenté de 35 % depuis l’automne, selon Mme Lemay. Ce matériau qui peut être découpé sert notamment à la fabrication de logos. 

«Et les coûts de l’aluminium ont augmenté de près de 30 %», a ajouté Mme Lemay, nous confiant toutefois qu’elle avait un inventaire de matériel non négligeable avant que l’inflation ne frappe, ce qui l’a grandement aidée. 

«J’ai mis la main dans ma poche pour pouvoir honorer des soumissions. [...] Je me donne à moi-même moins d’argent pour garder mes clients et ma main-d’œuvre, a aussi indiqué l’enseigniste de 45 ans qui dit garder le moral malgré tout. On fait des sacrifices un peu comme l’entrepreneur qui se part en affaires.» 

Les prix des matériaux ne sont évidemment pas les seuls à être affectés par l’inflation galopante. La hausse du côté de la quincaillerie, de l’essence et du recours aux grues pour les installations touche aussi l’entreprise qui conceptualise plus d’une centaine d’enseignes par année. 

«Nos achats de quincaillerie ont augmenté de 10 % et faire installer des grosses pancartes par des grues coûte 10 à 15 $ de plus de l’heure, a-t-elle ajouté. Et l’essence, tout le monde le sait.» 

Et c’est de façon discrète que Mme Lemay doit vivre l’inflation. 

«Chacun compense et tire la couverte comme il le peut, je n’ai jamais été autant organisée et planifiée», a ajouté l’entrepreneure. 

«Je n’ai pas pu augmenter mes prix avant les Fêtes, mais là j’ai commencé à aviser ma clientèle pour une petite augmentation», a-t-elle ajouté.

À voir aussi   

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.