/opinion/columnists
Navigation

Le phénomène Éric Duhaime

Éric Duhaime
Photo d'archives Éric Duhaime

Coup d'oeil sur cet article

La percée du Parti conservateur du Québec est le fait majeur du dernier sondage.

Disons les choses plus précisément : il s’agit du Parti conservateur d’Éric Duhaime. 

Car le Parti conservateur était un parti groupusculaire, lilliputien, rejoignant une frange minuscule de ce qu’il faut bien appeler la droite québécoise. 

  • Écoutez la rencontre Mathieu Bock-Côté et Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 10 h via QUB radio :

Libertarien

C’était un parti libertarien, ultrafédéraliste, antinationaliste. 

L’arrivée d’Éric Duhaime a changé la donne. Il a évidemment profité de l’exaspération croissante contre les mesures sanitaires. Mais il a su politiser cette exaspération. 

Certains se rassurent en se disant que la suspension des mesures sanitaires le privera de carburant. Peut-être. Ou peut-être pas. 

Car son courant idéologique existe dans la population. Plusieurs s’attendent à ce qu’Éric Duhaime cherche à croître en plaidant pour l’ouverture du système de santé au privé. Il ira évidemment sur ce terrain, qui correspond à ses convictions profondes. 

Bien davantage qu’un conservateur, Éric Duhaime est un populiste libertarien.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Mais c’est ailleurs qu’Éric Duhaime pourrait surprendre. On a tendance à l’oublier, mais Duhaime est un nationaliste. Il a commencé en politique au Parti Québécois puis au Bloc Québécois. Il conseilla ses chefs. 

Après le référendum de 1995, il s’est rallié à l’Alliance canadienne. À défaut de faire l’indépendance, il militerait pour décentraliser la fédération : il conjuguait ainsi nationalisme et libertarianisme. 

Nationalisme

Il est ensuite revenu au Québec à l’ADQ, toujours dans le même esprit, puis a poursuivi son parcours dans les médias pour promouvoir ses idées. Si Duhaime s’empare de la question identitaire alors que François Legault faiblit en la matière, il pourrait surprendre et gagner quelques sièges. Que dira-t-il à propos des seuils d’immigration, qui demeure le grand tabou québécois ? 

Chose certaine, il mérite déjà sa place au débat des chefs. 

Il conjugue un vrai talent et une fâcheuse tendance à la démagogie. Pourra-t-il miser sur le premier et surmonter la tentation de la seconde ?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.