/news/currentevents
Navigation

Plainte à la police après une agression en direct

Les journalistes sont la cible de plusieurs manifestants à Ottawa

GEN-
Capture d’écran tirée de TVA Nouvelles Le reportage en direct du correspondant parlementaire Raymond Filion a été interrompu quand un individu l’a interpellé vendredi soir, en direct de l’occupation à Ottawa. Après s’être éloigné, il est revenu en pointant la caméra avant de le pousser brutalement par-derrière.

Coup d'oeil sur cet article

Le journaliste Raymond Filion a porté plainte à la police après avoir été lâchement poussé dans le dos par un manifestant, à Ottawa, pendant un reportage en direct pour TVA Nouvelles, ce vendredi.

• À lire aussi: [EN IMAGES] «Convoi de la liberté»: des milliers de gens devant l'Assemblée nationale

• À lire aussi: Démantèlement du «convoi de la liberté»: au moins 170 arrestations à Ottawa

• À lire aussi: Que pensent les Québécois des manifestations?

L’agression a eu lieu peu après 22 h alors que le correspondant parlementaire décrivait l’opération policière visant à déloger les participants les plus réfractaires du « convoi pour la liberté ».

Les téléspectateurs du bulletin de nouvelles ont vu en temps réel un homme s’approcher de Raymond Filion par-derrière et le bousculer violemment sans que ce dernier le voie venir.

GEN-
Capture d’écran tirée de TVA Nouvelles

« J’espère que cette personne fera face à des accusations criminelles, parce qu’on parle de voies de fait », témoigne le président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), Michaël Nguyen.

  • Écoutez la chronique judiciaire de l’ex-juge Nicole Gibeault tous les jours dès 13h05 sur QUB radio

GEN-
Capture d’écran tirée de TVA Nouvelles

Dommages et injures

Depuis le début des manifestations autour de la colline Parlementaire, à Ottawa, plusieurs travailleurs de l’information ont été pris à partie par des individus agressifs.

Plus tôt cette semaine, des protestataires ont harcelé et copieusement injurié le journaliste d’expérience Yves Poirier, de TVA, l’empêchant de faire son travail. 

D’autres s’en sont pris au journaliste Félix Séguin et à son caméraman, endommageant sa caméra malgré la présence de gardes du corps. 

« C’est inacceptable et intolérable, que ce soit un journaliste de TVA ou de n’importe quel autre média », affirme Xavier Brassard-Bédard, rédacteur en chef de TVA Nouvelles. 

Ce dernier précise que des évaluations de risque sont effectuées avant d’envoyer des journalistes sur le terrain dans des conditions hostiles, comme à Ottawa.

« Mais la liberté de presse en mange un coup quand on est obligé d’exercer son métier avec des bodyguards », laisse-t-il tomber.  

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Patrick Déry sur QUB radio :   

Des risques réels

Si les journalistes télé sont facilement identifiables en public en raison de leur matériel, les autres ne sont pas en reste. 

« La FPJQ a reçu beaucoup de témoignages de journalistes, radio et écrit, qui se font intimider à Ottawa. Un média local a même refusé d’envoyer des journalistes sur le terrain parce qu’il n’avait pas les moyens d’assurer leur sécurité », s’inquiète Michaël Nguyen. 

Face à la multiplication et à la banalisation de ces violences, le président de la Fédération appelle les autorités à sévir contre ceux qui s’en prennent aux journalistes. 

« Si les manifestants ne comprennent pas avec des mots, peut-être comprendront-ils avec un casier judiciaire », dit-il. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.