/news/education
Navigation

L’absentéisme à l’école continue de baisser

Children with face mask back at school after covid-19 quarantine and lockdown.
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

La baisse du nombre d’absents se fait de plus en plus sentir dans les écoles, bien qu’on soit encore loin d’un retour à la normale, selon les directions.  

• À lire aussi: COVID-19: fin du masque en classe après la relâche

• À lire aussi: Le nombre de profs non qualifiés explose

«On peut souffler un peu», dit Nicolas Prévost, président de la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement. 

En date de jeudi dernier, il y avait 32 000 élèves absents des écoles du Québec, selon les chiffres publiés mardi par le ministère de l’Éducation. 

Les chiffres sur l’absentéisme scolaire, qui incluent aussi le nombre de classes à distance et le nombre de travailleurs absents, sont en baisse constante depuis le début février. 

Depuis le retour des Fêtes et le raz-de-marée Omicron, les enseignants doivent constamment gérer le départ et le retour d’élèves atteints de la COVID-19 ou placés en isolement, ce qui est «excessivement difficile». Pendant ce temps, les directions d’école doivent trouver des remplaçants aux nombreux employés absents. 

Heureusement, le retour des élèves et des travailleurs se fait graduellement sentir sur le terrain. 

«Il y a moins de tests rapides à faire, moins de personnel à remplacer à la dernière minute», remarque Kathleen Legault, présidente de l’Association montréalaise des directions d’établissement scolaire. 

Rappelons qu’à la fin janvier, près de 50 000 élèves étaient absents des bancs d’école. 

  • Écoutez l'éditorial de Patrick Déry sur QUB Radio :

Pré-Omicron? Pas encore...

La situation est toutefois loin d’être revenue à un niveau pré-Omicron, l’absentéisme étant encore anormalement élevé, notent le directeur et la directrice. 

La situation reste d’ailleurs fragile sur le plan des services rendus aux élèves à besoins particuliers, souligne M. Prévost. 

«On est très loin d’avoir offert des services éducatifs normaux» dans les deux derniers mois, dit M. Prévost, qui s’attend à ce que le chantier nécessaire pour rattraper le retard accumulé pendant la pandémie s’étale sur plusieurs années. 

À voir aussi  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.