/world/europe
Navigation

Depuis la chute de l’URSS, 30 ans de guerres impliquant la Russie

Depuis la chute de l’URSS, 30 ans de guerres impliquant la Russie
AFP

Coup d'oeil sur cet article

PARIS | De la Tchétchénie à la Syrie en passant par l’Ukraine, la Russie de Vladimir Poutine a été impliquée dans plusieurs guerres depuis la chute de l’Union soviétique en 1991. 

• À lire aussi: Ukraine: des sanctions contre la Russie, un gazoduc phare visé

• À lire aussi: Le monde réagit à l'annonce de Poutine sur l'Ukraine

• À lire aussi: Les dangereux délires du dictateur Poutine

Après des mois de tensions, le président russe a donné l’ordre à son armée de se déployer dans les «républiques» séparatistes de Donetsk et Lougansk, dans l’est de l’Ukraine, quelques heures après avoir reconnu leur indépendance lundi.

L’ampleur et le calendrier de ce déploiement sont encore flous, mais cette annonce nourrit la crainte d’une escalade majeure en Ukraine, aux frontières de laquelle la Russie dispose de plus de 150 000 hommes selon Washington et Kiev (et jusqu’à 190 000 en comptant les séparatistes).

  • Écoutez l'éditorial de Patrick Déry sur QUB Radio :

Deux guerres sanglantes en Tchétchénie  

Cette photo prise en 1996 montre les ruines des bâtiments détruits en 1996 durant des affrontements à Grozny, capitale de la Tchétchénie.
Photo d'archives AFP
Cette photo prise en 1996 montre les ruines des bâtiments détruits en 1996 durant des affrontements à Grozny, capitale de la Tchétchénie.

Fin 1994, après avoir toléré durant trois ans l’indépendance de facto de la Tchétchénie, Moscou fait intervenir son armée pour mettre au pas cette république du Caucase russe. Se heurtant à une résistance acharnée, les troupes fédérales se retirent en 1996.

Mais en octobre 1999, sous l’impulsion du premier ministre Vladimir Poutine bientôt élu à la présidence, les forces russes entrent à nouveau en Tchétchénie pour une «opération antiterroriste», après une attaque des indépendantistes tchétchènes contre la république caucasienne russe du Daguestan et plusieurs attentats meurtriers en Russie, attribués aux Tchétchènes par Moscou.

En février 2000, la Russie reprend la capitale Grozny, rasée par l’artillerie et l’aviation russes. Mais la guérilla se poursuit. En 2009, le Kremlin décrète la fin de son opération, laissant après ces deux conflits des dizaines de milliers de morts de part et d’autre.

«Guerre éclair» russo-géorgienne  

Deux jeunes Géorgiens marchent devant des ruines à Gori, ville géorgienne, le 4 septembre 2008.
Photo d'archives AFP
Deux jeunes Géorgiens marchent devant des ruines à Gori, ville géorgienne, le 4 septembre 2008.

À l’été 2008, la Géorgie lance une opération militaire meurtrière contre l’Ossétie du Sud, territoire séparatiste prorusse qui échappe au contrôle de Tbilissi depuis la chute de l’URSS et une guerre au début des années 1990.

La Russie riposte massivement en envoyant ses troupes sur le territoire géorgien et inflige en l’espace de cinq jours une cinglante défaite à l’ex-république soviétique. Les combats font plusieurs centaines de morts.

Dans la foulée, le Kremlin reconnaît l’indépendance de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie, une autre province séparatiste, et y maintient depuis une forte présence militaire. Les Occidentaux dénoncent une occupation de fait.

Conflit en Ukraine  

Depuis la chute de l’URSS, 30 ans de guerres impliquant la Russie
AFP

En 2014, après le mouvement pro-Union européenne du Maïdan et la fuite en Russie du président Viktor Ianoukovitch, Moscou annexe la péninsule ukrainienne de Crimée, une annexion non reconnue par la communauté internationale.

Dans la foulée, des mouvements séparatistes prorusses émergent dans l’est de l’Ukraine, à Donetsk et Lougansk, régions du Donbass frontalières de la Russie. Deux républiques sont autoproclamées, entraînant un intense conflit armé.

Kiev et les Occidentaux accusent la Russie de soutenir les rebelles en envoyant des hommes et du matériel. Moscou a toujours démenti, ne reconnaissant la présence en Ukraine que de «volontaires» russes.

Le conflit a diminué en intensité à partir de 2015 et la signature des accords de paix de Minsk.

Mais depuis fin 2021, Moscou mène de vastes manœuvres militaires terrestres, aériennes et maritimes autour du territoire ukrainien, positionnant à ses frontières jusqu’à plus de 150 000 militaires.

Après plusieurs mois de tensions, Vladimir Poutine a reconnu lundi soir l’indépendance des deux républiques sécessionnistes et ordonné à ses troupes de s’y déployer.

Les affrontements en Ukraine ont fait plus de 14 000 morts depuis 2014.

Intervention en Syrie   

Des soldats russes sont déployés à la base militaire de Hmeimim.
Photo d'archives AFP
Des soldats russes sont déployés à la base militaire de Hmeimim.

Depuis 2015, la Russie est déployée militairement en Syrie en soutien aux forces du président Bachar al-Assad.

L’intervention, à grand renfort de bombardements meurtriers et de destructions massives, a changé le cours de la guerre et permis au régime de Damas de remporter des victoires décisives, regagnant le terrain qu’il avait perdu face aux rebelles et aux jihadistes.

Moscou dispose de deux bases militaires en Syrie: l’aérodrome de Hmeimim dans le nord-ouest du pays et le port de Tartous, plus au sud. Plus de 63 000 militaires russes ont servi dans la campagne syrienne.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.