/finance
Navigation

Le 1,2 milliard $ en intelligence artificielle peut-être pas rentable

Éric N. Duhaime
Photo Pierre-Paul Poulin Éric N. Duhaime, Chercheur à l’IREC

Coup d'oeil sur cet article

Un chercheur craint que la somme de 1,2 G$ en fonds publics mise dans des projets d’intelligence artificielle ces dernières années ne soit pas payante pour le Québec si l’on n’arrive pas à mieux protéger la propriété intellectuelle.

« Le danger au Québec, c’est de se contenter d’être une sorte de sous-traitant de recherche et développement pour des firmes étrangères », déplore à voix haute Éric N. Duhaime, chercheur à l’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC).

« Des recherches dans lesquelles participent nos chercheurs se retrouvent dans les portefeuilles de brevets des compagnies étrangères. Il y a un problème », lance l’homme, qui publie aujourd’hui une étude sur la question.

Fuite des brevets

Entre 2016 et 2020, près de 1,2 milliard $ de fonds publics d’Ottawa et de Québec sont allés à des projets liés à l’intelligence artificielle, selon la doctorante de l’Université McGill Ana Brandusescu. 

Or, le hic, d’après Éric N. Duhaime, c’est que l’on ne parvient pas à retenir les technologies développées ici, pas plus que leur propriété intellectuelle.

L’exemple le plus frappant est Element AI, société cofondée entre autres par Yoshua Bengio et Jean-François Gagné et qui a été vendue à l’américaine ServiceNow.

« C’est la grenouille qui se prend pour une licorne, c’est-à-dire une entreprise d’un milliard de dollars », illustre-t-il.

Le chercheur brandit aussi une rare étude de Nancy Gallini et Aidan Hollis, laquelle montre qu’en 2017, plus de 43 % des brevets sont allés aux entreprises étrangères.

Sans parler de ce qui advient des jeunes pousses québécoises lors des transactions de sortie de capital de risque, observe Éric N. Duhaime.

Mnubo (Aspen Technology), Prevtec Microbia (Elanco), AurKa Pharma (Eli Lilly) et Luxury Retreats (Airbnb) sont tour à tour passées aux Américains, note-t-il.

Argent public intelligence artificielle

Gouvernement libéral

  • 2016 : 161,9 M$
  • 2017 : 354 M$
  • 2018 : 291,1M$
  • Total : 807 M$

Gouvernement caquiste

  • 2019 : 360,8 M$
  • 2020 : 162 M$
  • 2021 : 539,4 M$
  • Total : 1,1 G$

Source: L’économie numérique : portrait et enjeux au Québec, IREC. Certaines données ne visent pas seulement les technos numériques ou de l’intelligence artificielle, mais insistent grandement sur ces secteurs

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.