/world/guerre-en-ukraine
Navigation

L’impact limité des restrictions économiques sur la Russie

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Le Canada, les États-Unis et l’Union européenne ont envoyé hier une salve de sanctions économiques sur la Russie, mais à court terme elles risquent fort de n’avoir que bien peu d’impact sur la trajectoire des bombes qui pleuvent sur l’Ukraine.

• À lire aussi: Des conséquences économiques jusqu’au Canada

• À lire aussi: Invasion de l'Ukraine: Justin Trudeau annonce des sanctions contre l’élite russe

• À lire aussi: Biden annonce sanctions économiques et restrictions d'exportation vers la Russie

• À lire aussi: Les Européens approuvent des sanctions «massives» contre Moscou

Historiquement, on sait que « les sanctions économiques ne sont pas efficaces pour stopper les guerres », indique Dane Rowland, professeur à l’École des Affaires internationales Norman Paterson, à l’Université Carleton. Les sanctions n’ont d’ailleurs pas empêché Moscou d’annexer la Crimée en 2014, un autre territoire arraché à l’Ukraine.

« Au final, ces sanctions font plus mal aux gens ordinaires qu’au régime », déplore M. Rowland, qui travaille notamment sur l’économie des conflits et le maintien de la paix.

importante réserve

Les sanctions économiques, explique-t-il, sont efficaces comme outils dissuasifs avant qu’une guerre éclate, « mais là, on voit que les Russes ont fait leurs calculs et qu’ils considèrent qu’ils ont plus à gagner qu’à perdre ».

Il faut dire qu’avant d’attaquer, Moscou a constitué d’importantes réserves pour pouvoir vivre en autarcie dans l’éventualité où le pays serait isolé économiquement. Fin 2021, les réserves d’or de la Russie s’élevaient à 2298,5 tonnes contre 450 tonnes en 2007, d’après le World Gold Council. 

À cela s’ajoute la hausse fulgurante du prix du pétrole provoquée par l’invasion, qui va bénéficier à l’économie russe, grande productrice d’hydrocarbures. Le baril a passé la barre des 100 $, une première depuis 2014.

Isolement bancaire

Seul exclure la Russie du système Swift, le réseau mondial de messagerie interbancaire, pourrait rapidement donner un grand coup à la Russie, indique M. Rowland. Ceci aurait pour conséquence de stopper l’import--export russe et de paralyser les banques. C’est ce que réclame Kiev, avec l’appui de Londres.

« Je ne serai pas diplomatique à ce sujet. Tous ceux qui doutent encore qu’il faille bannir la Russie de Swift doivent comprendre que le sang d’innocents ukrainiens, hommes, femmes et enfants, sera sur leurs mains », a déclaré sur Twitter hier le ministre des Affaires étrangères ukrainien, Dmytro Kuleba.

Mais le Canada et les États-Unis ne se sont pas encore résolus à utiliser cette arme économique et l’Allemagne et l’Italie s’y opposent. Il faut comprendre que « ça empêcherait l’Allemagne de payer son gaz à un moment où la demande est à son plus haut, en hiver », indique M. Rowland.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.