/opinion/faitesladifference
Navigation

Manger n’est pas un loisir, c’est un droit!

Man pushing shopping cart in the supermarket aisle
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Selon les bulletins d’information et les données statistiques des derniers sondages auprès de la population québécoise, la peur de l’inflation semble surpasser celle de la COVID-19. Rien de moins. Qu’offre-t-on comme solution ? Toujours la même : proposer inlassablement les changements individuels, surtout pour les personnes les plus vulnérables de notre société. Si l’on faisait fausse route ?

Malgré ses meilleures intentions, l’individu ne peut résoudre le problème à lui tout seul. Qu’on le veuille ou non, c’est un enjeu collectif, un enjeu gouvernemental. Madame Tout-le-Monde peut bien changer son régime alimentaire, économiser un peu ici, beaucoup par-là, l’inflation continuera de grimper et elle continuera de s’en inquiéter.

Alors que les mesures sanitaires disparaissent peu à peu et que la situation s’améliore quasi quotidiennement, voilà que l’augmentation du coût de la vie s’avère la nouvelle terreur du mois. De l’année si la courbe poursuit son ascension. Jamais nous n’avons vu une telle flambée des prix. Surtout au rayon de l’alimentation.

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

Qui veut la simplicité imposée ?

Si tout le monde est ébranlé par cette nouvelle menace, ce sont les personnes qui vivent en situation de précarité financière, les pauvres, les personnes les plus vulnérables, qui tremblent le plus.

S’il y a un pôle de dépenses qui peut se permettre le « luxe » de la compression, c’est bien celui de l’alimentation. Mais si c’est loin d’être le bon choix, toutes les compressions nuisent à une alimentation adéquate et équilibrée. On peut difficilement réduire sa facture d’assurance, mais chez l’épicier on a le contrôle, faire des choix différents, souvent difficiles et faire des efforts pour réduire sa note.

Tout le monde est confronté à cette inflation, ce n’est toutefois pas tout le monde qui se voit absorbé par la spirale de la simplicité « imposée ». Ils sont nombreux à donner des trucs pour économiser. Elles sont nombreuses à affirmer haut et fort qu’une canne de légumineuses coûte moins cher qu’un filet mignon et que l’on n’a qu’à introduire ce subtil changement dans notre assiette pour tout régler.

Facile non ? !

Les plus vulnérables écopent

Avouons-le, qui ne sait pas qu’une canne de pois chiche est plus abordable qu’une pièce de steak triple A ? Franchement, tout le monde le sait. L’enjeu ne réside pas à cette adresse. La vraie question est de se demander pourquoi c’est encore aux personnes vulnérables d’effectuer de tels changements. Comme si la grande sagesse répétée comme un disque rayé suffisait à « éduquer » les terrifiés et à résoudre les (leurs) problèmes.

Les changements de régimes alimentaires ne devraient pas être dictés par la peur des « faims » de mois, mais plutôt par une décision éclairée et volontaire. Un choix libre. Un choix collectif !

Le Regroupement des cuisines collectives du Québec milite activement pour le droit à l’alimentation pour toutes et pour tous. Pour que tout le monde, nonobstant son statut socioéconomique, puisse continuer de s’alimenter selon ses propres choix, en adéquation avec ses goûts et ses valeurs tout en continuant de payer sa facture d’assurance.

Ne tolérons plus la suggestion abusive de cette simplicité imposée aux plus vulnérables de nos collectivités, alors que les plus nantis s’invitent au grand banquet.

Manger n’est pas un loisir, c’est un droit ! Pour madame Tout-le-Monde aussi.

Man pushing shopping cart in the supermarket aisle
Photo courtoisie

Sylvie Sarrasin, présidente du conseil d’administration Regroupement des cuisines collectives du Québec (RCCQ)

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.