/finance/reer
Navigation

Combat contre l’inflation: un 2e chèque d’aide de Québec en mars?

Une baisse d’impôt coûterait plus cher à l’État, affirme un fiscaliste

Quebec
Photo d'archives, Stevens Leblanc Le ministre des Finances, Eric Girard, lors de sa mise à jour économique en novembre dernier. Cette semaine, M. Girard a parlé d’une « mesure plus générale » pour combattre l’inflation dans son budget à venir.

Coup d'oeil sur cet article

Avec ses promesses d’aide pour combattre l’inflation dans le prochain budget, le gouvernement Legault a affiché ses couleurs. Mais jusqu’où ira-t-il, considérant que la famille moyenne paye déjà 4000 $ de plus par année pour ses dépenses ?

« Québec a deux options. Un chèque ou une baisse d’impôt », avance le fiscaliste Luc Godbout, directeur du département de fiscalité et chercheur à la Chaire en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke.

En janvier, 3,3 millions de Québécois ont reçu un chèque de 200 $ à 275 $... justement pour combattre l’inflation. Seuls les gens admissibles au crédit d’impôt solidarité l’ont obtenu, et la mesure a coûté 740 millions de dollars à l’État québécois. 

Annoncée dans la mise à jour économique de novembre dernier, elle touchait les personnes seules ayant un revenu annuel de 50 645 $ au maximum ou les ménages qui déclarent un revenu annuel maximal de 55 519 $.

Cette semaine, le ministre des Finances, Eric Girard, a parlé d’une « mesure plus générale » à venir dans son budget du 22 mars, qui sera son dernier avant les élections de l’automne prochain. 

« Le coût de la mesure devient rapidement un facteur important, comme on le voit avec le chèque remis à 3,3 millions de personnes », constate M. Godbout. 

Une baisse d’impôt, par sa nature « permanente », coûterait nécessairement plus cher, ajoute-t-il.

Hausse de 4000 $ en un an

L’inflation, qui s’établit à 5,1 % entre janvier 2021 et janvier 2022, est déjà prise en compte dans la structure d’imposition du revenu au Québec, rappelle le spécialiste.

« Si les salaires augmentent de 2 %, mais que l’inflation est de 4 % en 2022, quand on va arriver en 2023, tous les paliers d’imposition vont se déplacer de 4 % », illustre-t-il. 

Peu importe la voie choisie par Québec le 22 mars, il faut déjà payer aujourd’hui quelques milliers de dollars de plus qu’il y a un an pour les mêmes dépenses.

Prenons l’exemple d’un couple avec deux enfants de 6 et 8 ans. Les parents gagnent chacun le salaire annuel moyen, 52 584 $ (28,81 $ de l’heure, 35,1 heures par semaine).

En incluant l’allocation familiale et l’aide canadienne pour enfants, leurs revenus montent à 112 711 $. 

Leurs trois postes de dépenses annuels les plus importants, outre l’impôt, sont le logement (19,8 %), le transport (13,9 %) et les aliments (10,6 %), selon les coefficients budgétaires des ménages de l’Institut de la statistique du Québec.

Entre janvier 2021 et janvier 2022, le prix payé par cette famille pour ces trois composantes a grimpé de 3363 $. 

Et c’est sans compter toutes les autres dépenses courantes, comme les vêtements ou le service de garde. Avec l’inflation de janvier, le total monte à 4000 $ de plus qu’il y a un an. 

« On fait déjà beaucoup de choses pour aider les familles au Québec. On ne peut pas compter que sur le gouvernement », lance Luc Godbout. 

À voir aussi

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.