/finance/opinion/columnists
Navigation

Les deux mains sur le volant avec fierté

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Catherine Morneau est directrice générale du Groupe Morneau. L’entreprise de transport, qui compte 1300 employés, a été fondée par son arrière-grand-père, Pierre Morneau, en 1942.

Coup d'oeil sur cet article

Dans son industrie, Catherine Morneau est un modèle rare. Trente-cinq ans, mère de deux enfants, directrice générale et première VP Opérations d’une entreprise de transport comptant 23 terminaux dans l’est du Canada et 1500 collaborateurs.

Son père André n’a jamais aimé le mot « employés ». Selon lui, ceux-ci vont chercher un chèque de paie, alors que les collaborateurs sont reconnus pour leur contribution. 

Dans un an ou deux, Catherine, avec son frère David, devrait accéder à la coprésidence du Groupe Morneau, en tant que quatrième génération de cette entreprise familiale née dans le Bas-Saint-Laurent. Petite, elle s’amusait avec un téléphone jouet : « Transport Morneau, bonjour ! » Alors à 14 ans, on l’a embauchée à la réception !

« J’avais le bureau de mon père en face de moi et j’étais la porte d’entrée de l’entreprise. J’en étais très fière ! » se souvient-elle en riant.

La piqûre de l’entrepreneuriat

Catherine aimait la rapidité et l’adrénaline d’une entreprise de transport. Si elle a étudié en études internationales et langues, c’était pour s’ouvrir sur le monde et positionner Morneau face aux enjeux mondiaux. Elle a toujours considéré que sa place était dans l’entreprise familiale. 

Quand elle a eu 21 ans, son père a eu besoin d’aide pour redresser la division Eskimo, déficitaire. Catherine et son frère se sont bien entourés pour ramener les profits 18 mois plus tard. Ils avaient déjà la responsabilité de 200 collaborateurs. 

« J’ai vraiment eu la piqûre de l’entrepreneuriat à ce moment et je suis reconnaissante que mon père nous ait fait confiance », se rappelle-t-elle..

Quelques années plus tard, elle devenait la première femme à accéder à une vice-présidence au sein du Groupe Morneau. Les camions, ça a été une affaire d’hommes depuis longtemps et c’est fascinant de voir à quel point Catherine a grimpé jusqu’aux plus hauts échelons sans se soucier de sa différence. 

« Je n’ai jamais pensé qu’être femme était un frein. Dans ma personnalité, je ne me mets pas de limite supplémentaire », dit-elle candidement.

Guerrière en quête de douceur

Dans les congrès, on la prenait pour la conjointe de son frère ou bien la fille des RH. Ça la faisait sourire, mais ça ne l’arrêtait pas. Elle s’est néanmoins adaptée à l’énergie masculine du milieu, pensant devoir être combative et parler fort pour se faire entendre. 

« Je reviens à la douceur parce que je sens ma crédibilité mieux installée. Je suis une guerrière en quête de douceur », confie celle qui aimerait atteindre le bel équilibre de sa mère, entre force de caractère et féminité assumée.

Elle en est probablement plus proche qu’elle ne le croit. Il fallait l’entendre sur RDI lors des manifestations de camionneurs. La finesse de son leadership la montrait à l’écoute, dans une volonté de respect et dans la reconnaissance du travail essentiel accompli par des personnes à qui certains clients, lors de la crise sanitaire, refusaient l’accès aux toilettes alors que les restaurants étaient fermés. Elle comprenait le ras-le-bol, sans cautionner les débordements. 

C’est rough dans l’industrie des transports, mais Catherine cherche à adoucir son milieu. Finies les semaines de 60 heures, maintenant c’est un horaire de quatre jours pour les camionneurs et une considération pour les responsabilités familiales. Par son influence, Catherine veut aussi participer à élever la conscience environnementale dans son industrie. Si la vie lui a fait des cadeaux, elle croit qu’elle doit s’en servir pour contribuer à créer un monde meilleur. 

Morneau   

  • Fondateur : Pierre Morneau   
  • Employés : 1300  
  • Lieu du siège social : Saint-Arsène   
  • Secteur d’activité : Transport de marchandises  
  • Année de fondation : 1942    


Profil de Catherine Morneau 

Poste : Directrice générale

Âge : 35 ans

Formation : Baccalauréat en études internationales et langues, Université Laval

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.