/finance/business
Navigation

Autre tuile pour Transat

Ses concurrents Sunwing et WestJet vont fusionner

Des experts en aviation se disent curieux de voir comment Transat saura répondre à la naissance de ce nouveau grand concurrent, qui s’ajoute à Air Canada.
Photo tirée de Twitter Des experts en aviation se disent curieux de voir comment Transat saura répondre à la naissance de ce nouveau grand concurrent, qui s’ajoute à Air Canada.

Coup d'oeil sur cet article

L’acquisition de Sunwing par WestJet Airlines, de Calgary, ne sera pas sans conséquence pour Transat A.T., qui risque de devoir rapidement apprendre à composer avec une concurrence renforcée.

« Le portrait de l’industrie vient de changer soudainement, a commenté aujourd'hui le professeur de l’UQAM Mehran Ebrahimi. Si les jeux étaient déjà serrés avant cette annonce, disons qu’ils le seront dorénavant encore plus. »

Aujourd'hui, WestJet a annoncé l’acquisition des torontoises Vacances Sunwing et Sunwing Airlines, deux acteurs importants de l’industrie du voyage au Québec, pour un montant qui n’a pas été divulgué.

Ce regroupement « permettra aux deux entreprises de protéger et de créer des emplois et de rebâtir la force de l’industrie canadienne des voyages à un moment critique », nous a répondu l’entreprise. 

  • Écoutez Olivier Bourque, de la section Argent du Journal de Montréal et du Journal de Québec, sur QUB radio : 

Éventuellement avalée

Éventuellement, Vacances Sunwing serait intégrée à WestJet au sein d’une nouvelle unité d’exploitation des voyages, dirigée par Stephen Hunter, chef actuel de la direction de Sunwing.

« Tout cela risque de nuire à Transat, affirme John Gradek, responsable du programme d’aviation de l’Université McGill. Je ne crois pas que cette annonce signe la fin de Transat. Mais il sera tout de même très intéressant de voir comment l’entreprise réagira. Elle devra faire quelque chose. »

L’acquisition sera sujette aux approbations réglementaires d’usage. Par communiqué, le Bureau de la concurrence a confirmé aujourd'hui prendre acte de « l’acquisition proposée » et avoir l’intention de l’examiner. Il a pour mandat d’examiner les fusions afin de déterminer si elles risquent d’empêcher ou de diminuer la concurrence.

Moins de concurrence

Transat, qui a dû se soumettre au même exercice lors de son projet de fusion avec Air Canada, compte-t-elle s’opposer à cette transaction ? Sans engager Transat pour l’avenir, son vice-président, Christophe Hennebelle, a tout de même émis des doutes quant à la possibilité que le consommateur sorte gagnant d’une telle fusion. 

Dans certains pays, comme le Mexique, cette fusion « va clairement réduire la concurrence », a-t-il dit, expliquant que le nouveau groupe y occuperait une position si dominante que les voyageurs risqueraient de s’en trouver perdants sur le plan des prix. 

Enfin, Luc Laflamme, propriétaire de l’agence Voyage Vasco Spatial, craint pour sa part que cette transaction mène à une réduction de l’offre de Sunwing en région. 

« Si le contrôle devenait plus entre les mains de WestJet, est-ce que les destinations qui sont offertes de Québec et des régions par Sunwing vont subir des coupes ? s’interroge-t-il. Il y a une incertitude. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.