/entertainment/events
Navigation

Restauration spectaculaire

La Chapelle du Séminaire de Québec se refait une beauté

Chapelle du Séminaire de Québec
Photo courtoisie, Marie-Josée Marcotte (Icône) Les minutieux travaux de nettoyage sont réalisés sur les éléments décoratifs de la chapelle.

Coup d'oeil sur cet article

La Chapelle du Séminaire de Québec se refait une beauté. Les travaux de restauration en cours, depuis l’automne, seront complétés en 2024. 

• À lire aussi: Projet muséal dans le Vieux-Québec: un don «exceptionnel» de 5 M$

À l’intérieur, la scène est spectaculaire. On retrouve des échafaudages partout. Du plancher jusqu’au plafond. 

Inaugurée en 1900, cette chapelle a été construite à la suite d’un incendie qui avait rasé le bâtiment en 1888.

Opéré sous l’appellation Musée de l’Amérique francophone, depuis 1995, par le Musée de la civilisation, l’endroit, situé dans le Vieux-Québec, était utilisé pour des concerts, des conférences et des rassemblements privés. 

« Le bâtiment avait besoin d’une cure de rafraîchissement et de restauration en profondeur », a indiqué, lors d’une visite, Stéphan Laroche, président et directeur général du Musée de la civilisation.

Le coût des travaux a été évalué à 4,3 millions de dollars. Le plancher en céramique du chœur a déjà été restauré.

Des échafaudages permettent aux restaurateurs d’effectuer les travaux.
Photo courtoisie, Marie-Josée Marcotte (Icône)
Des échafaudages permettent aux restaurateurs d’effectuer les travaux.

Les éléments de décor peints sur des surfaces de tôles métalliques, pour protéger l’église d’un futur incendie, le maître-autel en marbre, les autels latéraux, les sculptures, reliquaires, toiles, bordures, la balustrade et les vitraux seront restaurés.

En 90 ans, soit 32 000 jours, suie et poussière se sont accumulées sur les nombreux éléments décoratifs du bâtiment construit par Ferdinand Peachy. L’architecte québécois s’était inspiré de l’église de la Trinité de Paris pour élaborer ses plans.

Patience et minutie

Les travaux sont réalisés par le Centre de conservation du Québec. 

« Il s’agit du plus grand chantier de toute l’existence du Centre qui a vu le jour en 1979 », a précisé la directrice Elizabeth Carmichael.

Dans les hauteurs de la chapelle, une équipe de restaurateurs presque entièrement féminine travaille avec minutie et patience. Le nettoyage s’effectue avec des lingettes et parfois des cotons-tiges. Des retouches de peinture sur certains éléments endommagées seront aussi effectuées. 

L’homme de théâtre Roland Lepage a fait un don de cinq millions de dollars au Musée de la civilisation, en novembre 2019, pour la réalisation de ces travaux. 

Il avait toutefois une exigence. Celle de changer l’appellation Musée de l’Amérique francophone. 

Le bâtiment portera le nom de Chapelle du Séminaire de Québec, où il a fait ses études.

« C’était un nom idiot. Si on n’avait pas accepté ma demande, j’aurais gardé mon argent », a fait savoir Roland Lepage en riant.

L’homme de théâtre avait 10 ans lorsqu’il a fait son entrée au Séminaire de Québec en 1939. La guerre venait d’éclater.

« J’y ai appris le français, le latin et le grec, mais aussi l’art, la peinture et la musique. Tout ce que je suis devenu part d’ici. Chaque fois que je visite ce lieu, ça me rappelle des choses qui m’ont enrichi pour la vie », a raconté l’homme de 93 ans, qui a visité le chantier de restauration.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.