/finance
Navigation

Espionnage: la Chine se porte à la défense du géant Huawei

Les craintes d’experts ne sont tout simplement pas fondées, estime Pékin

Espionnage: la Chine se porte à la défense du géant Huawei
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Aucun incident de cybersécurité, aucune mise sur écoute, aucune surveillance... la Chine rejette en bloc les accusations d’espionnage de Huawei après les craintes soulevées par une ex-haute fonctionnaire sur ses projets de 13 M$ à l’Université Laval.  

• À lire aussi: Université Laval: la rectrice assure que les projets avec Huawei sont bien encadrés

• À lire aussi: Nouvelles interrogations sur les projets de Huawei à l’Université Laval

« Au cours des 30 dernières années, Huawei a construit plus de 1 500 réseaux dans plus de 170 pays et régions à travers le monde. Il n’y a eu aucun incident de cybersécurité, ni de mise sur écoute ou de surveillance », a assuré au Journal le consulat général de Chine à Montréal. 

Jeudi, Le Journal rapportait qu’une ancienne vice-présidente du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) s’inquiétait des 13 M$ de projets actifs de Huawei à l’Université Laval. 

« Peu d’entreprises sont aussi investies dans cette relation avec l’armée chinoise que Huawei, et la photonique est en tête de liste pour les applications militaires », avait déploré l’ancienne haute fonctionnaire canadienne Margaret McCuaig-Johnston. 

Hier, la rectrice de l’Université Laval, Sophie D’Amours, a assuré que les projets avec Huawei sont bien encadrés et respectent toutes les règles en place. 

«Gagnant-gagnant»

Or, après la publication de l’article du Journal, Pékin s’est porté à la défense de la multinationale Huawei et de ses soi-disant liens avec le gouvernement en place. 

«Le gouvernement chinois encourage toujours les entreprises à mener dans les pays étrangers une coopération basée sur le bénéfice mutuel et le gagnant-gagnant, et les exhorte à respecter les lois et règlements locaux et internationaux ainsi que les principes du marché», a expliqué le consulat général de Chine à Montréal. 

Alors qu’Ottawa n’a pas dit encore s’il allait bannir Huawei de son futur réseau 5G comme les Américains, le diplomate a indiqué que «la sophistication et la sécurité des produits 5G de Huawei» sont reconnues partout sur la planète. 

«Nous sommes convaincus que la société locale pourrait en bénéficier à condition qu’un environnement d’affaires équitable, juste, ouvert et non discriminatoire soit créé», a souligné le consulat. 

À VOIR AUSSI 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.