/world/guerre-en-ukraine
Navigation

Guerre en Ukraine: «Le monde entier est contre vous»

Le Kremlin est lâché de toutes parts à l’ONU après un nouveau vote historique

TOPSHOT-UKRAINE-RUSSIA-CONFLICT
Photo AFP Cet Ukrainien fait du vélo devant des immeubles résidentiels endommagés lors du bombardement de vendredi dans la ville de Tchernihiv.

Coup d'oeil sur cet article

« Il est clair que la Russie est seule. » Voilà le message qui a été lancé à Vladimir Poutine après un vote historique à l’ONU où même les alliés de la Russie se sont abstenus.

• À lire aussi: Ils apprennent la guerre sur le tas

• À lire aussi: Ukraine: Poutine cible les citoyens

• À lire aussi: Ukraine: le président Zelensky a échappé à trois tentatives d’assassinat

Seule l’Érythrée a voté contre la résolution que Kyïv avait mise sur la table du Conseil des droits de l’homme (CDH).

« Aujourd’hui, le CDH a adopté une résolution historique, a déclaré l’ambassadrice ukrainienne Yevheniia Filipenko aux journalistes. Le message adressé à Poutine a été clair : vous êtes isolé sur le plan international et le monde entier est contre vous. »

« Les membres de la communauté internationale sont aux côtés de l’Ukraine, et il est clair que la Russie est seule », a ajouté l’ambassadrice américaine auprès de l’ONU, Sheba Crocker.

La résolution au CDH a ainsi bénéficié du soutien des pays occidentaux, mais également de nombreuses autres capitales à travers le monde. 

Des enquêteurs veilleront ainsi à « recueillir, rassembler et analyser les éléments de preuve attestant de [...] violations » des droits de la personne et du droit international humanitaire résultant de l’invasion russe en Ukraine.

Alliés en moins

Le Venezuela et Cuba, habituels alliés de Moscou, ainsi que Pékin se sont abstenus, alors qu’ils avaient voté contre la tenue de ce débat urgent sur l’invasion.

Ces volte-face permettent essentiellement d’éviter de nuire à des relations diplomatiques avec d’autres puissances ou encore de protéger des ententes économiques, observe Sami Aoun, directeur de l’Observatoire sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (OMAN).

Ce sera toutefois insuffisant pour ralentir les ardeurs du président Vladimir Poutine, ajoute le politologue. 

« Comme tous les tyrans, tous les despotes, c’est une personnalité qui n’accepte pas la défaite, et il va continuer d’aller de l’avant », indique le professeur émérite.

Front russe

L’ambassadeur russe à l’ONU, Guennadi Gatilov, refuse par ailleurs de s’inquiéter devant la perte d’appuis sur la scène internationale.

« Je ne pense pas que le vote reflète toutes les nuances des positions brésiliennes et des autres pays qui ont voté pour ou se sont abstenus », a-t-il soutenu lors d’une conférence de presse.

« Je ne dirais pas que nous sommes isolés », a ajouté M. Gatilov, en dénonçant les pressions exercées par Washington et ses alliés pour que les autres capitales se rallient à leur position.

Afin de justifier son appui au Kremlin, le ministère des Affaires étrangères de l’Érythrée a jugé que l’Ukraine était avant tout la « victime » et le « bouc émissaire » des pays qui cherchaient « à resserrer l’étau sur la Russie ».

Plus tôt dans la semaine, l’Assemblée générale des Nations Unies avait adopté par une écrasante majorité une résolution exigeant que la Russie « cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine ».

— Avec l’Agence France-Presse

À voir aussi

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.