/world/guerre-en-ukraine
Navigation

Guerre en Ukraine: des armes létales utilisées par les Russes contre les civils à Kharkiv, selon HRW

Guerre en Ukraine: des armes létales utilisées par les Russes contre les civils à Kharkiv, selon HRW
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’armée russe a utilisé à Kharkiv, dans l’est de l’Ukraine, des armes à sous-munitions, qui sont indistinctement létales à l’égard des populations civiles, et dont l’emploi pourrait constituer un crime de guerre, affirme vendredi l’organisation Human Rights Watch (HRW).  

• À lire aussi: Ukraine: accord sur des couloirs humanitaires, 33 morts dans une frappe russe

• À lire aussi: Les Russes gagnent du terrain

• À lire aussi: Ukraine : prise de Kherson par l’armée russe, discussions sur un cessez-le-feu

Les forces russes ont fait usage de ces armes «dans au moins trois quartiers résidentiels de Kharkiv, la deuxième ville d’Ukraine, le 28 février», affirme l’organisation américaine de défense des droits de l’Homme. 

HRW affirme avoir identifié l’utilisation de sous-munitions via une roquette 9M55K Smerch de fabrication russe. 

«Kharkiv subit les attaques incessantes des forces russes et les civils se cachent dans les sous-sols pour échapper aux explosions et débris», affirme le directeur de l’armement chez HRW, Steve Goose. «Utiliser des sous-munitions dans des zones habitées montre un mépris absolu pour la vie des gens». 

Guerre en Ukraine: des armes létales utilisées par les Russes contre les civils à Kharkiv, selon HRW
AFP

«Leur utilisation telle que documentée à Kharkiv pourrait constituer un crime de guerre», estime HRW.

Les bombes à sous-munitions (BASM) sont composées d’un conteneur, tel un obus, regroupant des projectiles explosifs, de taille plus réduite, dite «sous-munitions». Très imprécises, elles frappent une immense proportion de civils.  

Leur utilisation est interdite par la convention d’Oslo de 2008, mais Moscou ne l’a pas signée. «Leur emploi massif par certaines armées dans des zones habitées a engendré, dans les pays concernés, des dommages humanitaires disproportionnés», selon une note de synthèse du Sénat français. 

Les armes à sous-munitions dispersent en effet une multitude de petites munitions dans une très large zone. Certaines restent non explosées et peuvent tuer des années après, comme peuvent le faire les mines. 

À VOIR AUSSI  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.