/finance/business
Navigation

Un contrat sans appel d’offres de 433 M$ pour des tests rapides

Leur assemblage en sol québécois engendrera la création de plus de 500 emplois

Éric Éthier président MedSup Canada
Photo courtoisie Le grand patron de MedSup, Éric Éthier Delorme, est fier d’avoir pu amener l’assemblage des tests rapides au Québec et prévoit en développer de nouveaux plus écolos.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault a récemment octroyé un des plus gros contrats sans appel d’offres de l’histoire, au Québec, plus de 433 millions $ pour des tests rapides de COVID-19. 

• À lire aussi: Des tests rapides produits ici

L’entente a été conclue avec une entreprise québécoise possédant un bon réseau de contacts et des installations en Chine

« Je viens de Magog, c’est un petit village. Quand on se colle à un entrepreneur qui a un réseau en Chine, ça peut nous aider », explique en entrevue au Journal Éric Éthier Delorme, PDG de MedSup Medical.  

« L’assemblage des tests est fait ici au Québec. Ce sont plus de 500 emplois créés », ajoute-t-il. « Le “Made in Canada” est très sexy, car les normes sont sérieuses », lance l’entrepreneur de l’Estrie.

Fin janvier, Québec a octroyé un contrat de tests rapides de 343 M$ (jusqu’à concurrence de 433 M$) pour 70 millions de tests rapides, qui reviennent à 4,90 $ l’unité, à MedSup Medical, qui les assemble à son usine de Saint-Laurent.

Ce contrat de gré à gré pour l’acquisition de tests antigéniques rapides COVID-19 a été conclu sous l’état d’urgence sanitaire déclaré le 13 mars 2020. 

Il a été conclu conformément au décret du 17 février 2021, qui permet au ministre de la Santé de « conclure, sans délai et sans formalité, pour protéger la santé de la population, les contrats qu’il juge nécessaires ».

« Au début janvier 2022, un appel au marché, sans engagement pour une proposition de prix et de disponibilité afin d’acquérir des tests rapides, avait été mis en place par le Centre d’acquisitions gouvernementales (CAG) à titre de mandataire du ministère de la Santé », a expliqué Marie-Josée Côté, porte-parole du CAG.

« L’entreprise MedSup fut sollicitée au même titre que d’autres compagnies », a-t-elle ajouté.   

Li Family Holding Inc. partenaire

Dans les documents, on constate que le contrat a été octroyé à Investissements Gest-E Inc., dont le premier actionnaire (non majoritaire) est Li Family Holding Inc. et le 2e, Éric Éthier Delorme, PDG de MedSup.  

Li Family Holding Inc. appartient à l’homme d’affaires sino-québécois Zhong Li et a comme deuxième actionnaire Wei Lu, selon le Registraire des entreprises.  

« John [Zhong Li] est à la tête de plusieurs entreprises ici. C’est un bel exemple d’immigrant, qui maximise tout ici et qui fait de belles histoires à succès. L’ensemble de ses entreprises ont des sièges sociaux au Québec », a souligné Éric Éthier Delorme, qui a fait sa connaissance lors d’un congrès. 

Zhong Li est propriétaire du Groupe Sinobec, un important distributeur d’aluminium et d’inox, qui a des partenaires stratégiques de l’industrie aéronautique en Chine depuis 16 ans.

Sinobec a son siège social à Montréal, une antenne à Toronto et des installations dans trois métropoles chinoises.

« C’est vraiment John, et son réseau, qui ont le Québec et le Canada tatoués sur le cœur », conclut Éric Éthier Delorme à propos de son partenaire d’affaires, qui lui a ouvert des portes durant la crise.

–Avec la collaboration de Charles Mathieu


L’usine montréalaise de MedSup Medical fabriquait déjà des masques de procédure. On y a installé de nouvelles chaînes de montage de tests.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.