/entertainment/tv
Navigation

Phil Roy avec les Power Rangers et les Débrouillards

Phil Roy
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Comme plusieurs garçons, le jeune Phil Roy aimait reproduire ce qu’il voyait à la télé et incarner différents héros. Et le choix ne manquait pas, car plusieurs univers réussissaient à le happer. Retour sur ses souvenirs télé.

• À lire aussi: Un Phil Roy plus personnel dans son deuxième one-man-show

Phil, quelles émissions jeunesse t’ont marqué ?

J’ai été marqué par plein d’émissions jeunesse, pour plein de raisons différentes. J’aimais Les Zigotos, pour les défis, la mare maléfique - évidemment, mais aussi pour la catastrophe. Ce que j’aimais des Zigotos, c’était que même si les jeunes ne réussissaient pas le défi, la « conséquence » était toujours dans le plaisir. J’ai aimé, adoré, adulé les Power Rangers. C’était coloré, avec de la bataille. On se distribuait les rôles avant chaque émission (mon combo à moi, c’était : je suis le vert, s’il est là... sinon je suis le rouge).


Quels sont tes plus beaux souvenirs télé liés à l’enfance ?

Quand mon grand frère a participé aux Zigotos avec les scouts. Pour nous, c’était vraiment le summum ! De un, ça nous a donné une raison de vouloir continuer d’être scouts, mais surtout, on n’en revenait pas ! Les Zigotos, c’était tellement le fun. Sinon, c’est lorsque j’ai pris part à ce monde. Quand j’ai animé ALT (magazine d’actualités pour les jeunes, sur les ondes de VRAK) ou encore lorsque je prête ma voix à Paolo dans Dingue Académie. Je trouve ça vraiment plaisant de prendre part à cette télévision qui m’a tant allumé quand j’étais jeune.


Regardais-tu beaucoup la télé lorsque tu étais tout jeune ?

Vraiment beaucoup. Je me souviens des matins avec mes frères à regarder la télé. On la regardait jusqu’à ce que mes parents ferment la télé pour qu’on aille jouer. Et, finalement, on jouait à nos émissions. Mon frère avait reçu un « kit » de chimie pour enfant, parce qu’on voulait jouer aux Débrouillards... Mon frère était Greg [Gregory Charles NDLR] et moi j’étais Yan England, alors en gros, je lui posais une question et lui me faisait un exposé sur pourquoi le souffre ça pue... Du gros fun !


Y a-t-il un personnage qui t’a influencé ?

Jean-Lou Duval [joué par Michel Charette dans Radio Enfer, NDLR]. Définitivement. J’étais content de voir quelqu’un comme lui, hors des standards habituels de poids, avoir un rôle important. Même si souvent, c’était pour être « le gros de service », c’était plus que ça pour moi. Jean-Lou avait une blonde, il jouait de la batterie, il dansait vraiment bien... Quand Jean-Lou avait des petites victoires, ça me faisait du bien.

Que penses-tu de la télé jeunesse d’aujourd’hui ?

Avec mon nouveau rôle de papa [sa fille est née la veille de Noël, NDLR], ça m’allume de renouer avec « les ti-bonshommes du matin ». Et encore plus que ça, je suis heureux de savoir que l’offre jeunesse est maintenant vraiment plus vaste et surtout plus ouverte et plus inclusive. Elle s’adapte et n’a pas peur de parler des enjeux.


Phil Roy présentera la première médiatique de son spectacle Philou le 16 mars à l’Olympia de Montréal. Plusieurs autres dates sont inscrites à son horaire de tournée (philroy.ca). Il animera également la seconde saison de Qui sait chanter sur Noovo cette année.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.