/sports
Navigation

Sandrine Hamel se concentre sur les quarts de finale en snowboard cross

Sandrine Hamel se concentre sur les quarts de finale en snowboard cross
PHOTO COURTOISIE/Comité paralympique canadien

Coup d'oeil sur cet article

Sandrine Hamel l’affirme d’entrée de jeu : elle s’attendait à mieux lors des qualifications de snowboard cross aux Jeux paralympiques de Pékin. Elle s’est classée 8e et ses yeux sont déjà rivés sur la première course, les quarts de finale, où elle a la ferme intention d’améliorer son résultat. 

• À lire aussi: Une jeune Québécoise vise les Jeux paralympiques

• À lire aussi: Jeux paralympiques: un départ en or pour la Canadienne Mollie Jepsen

• À lire aussi: Brian McKeever : une légende du sport paralympique

Chaque planchiste a effectué deux descentes individuelles dimanche et le meilleur temps enregistré par chacune d’elles a été retenu pour déterminer le classement et les groupes des quarts de finale.

Hamel a commencé sa journée avec un chronomètre de 1 min 17,69 s et elle n’a pas été en mesure d’abaisser cette marque à son deuxième passage.

«Je ne cacherai pas que je m’attendais à un meilleur temps. Par contre, je suis quand même contente, parce que c’est un parcours exigeant et ça n’a pas été facile! De toute façon, ce qui est important, ce sont les finales et c’est là-dessus que je me concentre pour le moment», a partagé Hamel.

La Française Cécile Hernandez a été la plus rapide des qualifications avec un temps de 1 min 8,38 s. L’autre Canadienne en action, Lisa Dejong, a offert la quatrième meilleure performance.

«J’aurais aimé être plus rapide, mais après chaque descente, je deviens plus confortable sur ce parcours, a dit Hamel. C’est pour cette raison que j’ai hâte de nous y voir durant des courses. Descendre seule, c’est toujours différent qu’à plusieurs ! Il y a du trafic et ça ajoute du piquant !»

En 2018, l’athlète de Saint-Sauveur a participé à ses premiers Jeux paralympiques à Pékin et s’est classée 5e du snowboard cross. Elle estime que son expérience paralympique pourrait l’aider lors des rondes éliminatoires.

«Juste dans le portillon de départ, c’est un gros avantage d’être capable de rester calme ! Ça peut faire la différence contre celles qui en sont à leurs premiers Jeux et j’espère me servir de ça demain», a conclu Hamel.

Lundi, elle se mesurera à Cécile Hernandez et à la Suisse Romy Tschopp dans sa vague des quarts de finale et devra terminer parmi les deux premières pour atteindre les demi-finales.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.