/finance/pme
Navigation

V Kosmetik: des produits conçus pour la diversité

V Kosmetik est déjà très populaire à l’étranger.

Vicky Joseph
Photo Pierre-Paul Poulin Vickie Joseph, derrière des présentoirs de produits V Kosmetik.

Coup d'oeil sur cet article

En créant V Kosmetik, Vickie Joseph a investi un marché mal desservi par les géants de la cosmétologie, celui des femmes racisées.

« C’est difficile de trouver des produits qui sont conçus spécifiquement pour les peaux plus foncées. Il arrive aussi que d’une année à l’autre, les produits cessent d’être fabriqués, ce qui devient frustrant pour la clientèle. Il y avait donc un grand besoin à combler », explique Vickie Joseph, qui a fondé son entreprise en 2017.

Le succès ne s’est pas fait attendre. Dès la première année, les produits de soins et de maquillage de la marque V Kosmetik étaient vendus dans une centaine de pharmacies à travers le Québec.

« Nos produits se démarquent par leur formulation mieux adaptée aux différents types de peaux des femmes noires, mais aussi asiatiques, latines ou arabes. Ils sont plus riches en pigments et offerts dans des teintes plus chaudes et plus vives. »

Un marché international

Il y a deux ans, V Kosmetik s’est lancée sur les marchés d’exportation, une étape de son développement elle aussi marquée de succès. En plus du Canada, ses produits sont aujourd’hui vendus aux États-Unis, dans plusieurs pays d’Afrique comme le Sénégal, le Bénin ou la Tunisie. Et ils se retrouveront bientôt à Dubaï et au Royaume-Uni.

« Le fait que nos produits soient fabriqués au Canada plutôt qu’en Asie plaît aux consommateurs, affirme Vickie Joseph. Ceux-ci apprécient également qu’ils soient faits à partir d’ingrédients naturels. »

Les ventes à l’exportation représentent actuellement 60 % du chiffre d’affaires de V Kosmetik.

« Au début de la pandémie, les ventes ont chuté, ce qui nous a forcés à revoir notre modèle d’affaires pour miser sur le développement à l’international, explique l’entrepreneure. Les marchés ont très bien répondu. Aujourd’hui, on vit une phase de croissance. »

Le décès de George Floyd et le mouvement Black Lives Matter ont aussi eu un impact. 

« Cela a généré une prise de conscience et nos produits sont de plus en plus recherchés », dit-elle. 

Les ventes en ligne ont bondi et accaparent dorénavant 30 % du chiffre d’affaires.

Avant de se lancer dans les cosmétiques, Vickie Joseph a été entrepreneure dans le domaine de la mode. Elle avait ses propres collections de vêtements, qui étaient vendues dans ses deux boutiques de Montréal et de Laval.

« C’est mon mari qui m’a incitée à devenir entrepreneure il y a une quinzaine d’années. À l’époque, je venais de perdre mon emploi dans une entreprise de mode. Selon lui, j’avais tout ce qu’il fallait pour réussir en affaires. J’ai donc suivi son conseil et je m’en félicite aujourd’hui », raconte-t-elle.

Stimuler l’entrepreneuriat chez les minorités visibles

Son mari, c’est Frantz Saintellemy, qui a été nommé chancelier de l’Université de Montréal en octobre dernier. Cet ingénieur électrique et spécialiste en haute technologie a aussi la fibre entrepreneuriale. En 2015, il a notamment cofondé avec sa femme le Groupe 3737, un incubateur d’entreprises qui offre soutien, conseils et formation aux entrepreneurs issus de la diversité culturelle et des minorités visibles.

« On a ainsi voulu stimuler l’entrepreneuriat chez les communautés culturelles qui se heurtent à des obstacles majeurs pour, entre autres, la recherche de financement, explique Vickie Joseph. On ne répond pas toujours aux critères pour obtenir de l’aide. Ou on nous demande de mettre des actifs en garantie alors que beaucoup d’entre nous n’en ont pas. C’est ce qui fait qu’il est difficile de faire passer l’entreprise à un niveau supérieur. »

Elle parle en connaissance de cause, elle qui a financé le démarrage de son entreprise avec ses propres fonds. Aujourd’hui, alors que V Kosmetik enregistre un chiffre d’affaires entre 5 millions $ et 10 millions $, les investisseurs lui portent une oreille plus attentive.

Heureusement, parce que les projets de développement ne manquent pas. Vickie Joseph et son équipe planchent actuellement sur un projet de création d’un « métavers », soit un monde virtuel qui viendra changer la façon de faire des achats dans la boutique en ligne.

« La personne pourra créer un avatar et essayer les produits sur sa peau et même faire un maquillage complet. Grâce à la 3D, l’effet obtenu se rapprochera de la réalité. Cela permettra de créer une expérience d’achat qui sort de l’ordinaire. »

Le lancement est prévu pour la fin de 2023. « C’est un long processus de recherche et développement, mais c’est un projet qui nous anime beaucoup. » 

V Kosmetik     

  • Date de fondation : 2017  
  • Activités : fabrication de produits cosmétiques  
  • Actionnaires : Vickie Joseph, Frantz Saintellemy  
  • Nombre d’employés : 10  
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.