/qubradio
Navigation

Ukraine: un Québécois et sa famille coincés dans un labyrinthe administratif

Coup d'oeil sur cet article

Partis en Ukraine pour rapatrier la fille de sa femme, un Québécois et sa conjointe se retrouvent confrontés à un véritable dédale administratif pour retourner au Canada.

• À lire aussi: Guerre en Ukraine: Ottawa dégage 50 M$ supplémentaires en équipement militaire

• À lire aussi: Ukraine: les troupes russes se rapprochent de Kyïv, avant des pourparlers en Turquie

• À lire aussi: Aldo maintient ses activités en Russie, mais cesse ses exportations

Après avoir retrouvé la jeune Diana à la frontière slovaque, Martin Cloutier et son épouse ukrainienne sont désormais en Allemagne, où ils tentent d’obtenir les documents de voyage nécessaires pour rentrer chez eux au Québec.

«Notre mission n’est pas complétée, Diana est en sécurité avec nous, mais maintenant elle n’a pas de passeport, parce qu’évidemment, toutes les institutions là-bas sont paralysées, et donc il faut qu’on trouve un moyen de lui avoir une autorisation de voyage pour qu’elle puisse revenir avec nous au Canada», a-t-il raconté en entrevue mercredi à QUB radio.

En plus de la fille qui n’a pas de passeport, sa conjointe qui a obtenu sa résidence permanente en octobre dernier, se retrouve également bloquée puisqu’elle n’a pas encore reçu sa carte de résident permanent, mais seulement le papier de confirmation.

«Ce qu’il faut faire, il faut obtenir un TVRP, un titre de voyage pour résident permanent, donc il faut faire des démarches auprès du bureau de visa du consulat canadien. En parallèle, il faut qu’on réussisse à obtenir un document de voyage temporaire qui va permettre à Diana de prendre l’avion», a détaillé M. Cloutier, qui a rappelé qu’ils ont une fillette de deux ans qui les attend au Québec.

Même si elle est aidée par le bureau de leur députée à Terrebonne, la famille s’inquiète de la durée que pourraient prendre ces démarches administratives.

«Pour l’instant, tout ce qu’on sait, c’est qu’il va y avoir un traitement prioritaire et urgent des demandes pour les ressortissants ukrainiens, mais on n’a pas plus d’informations que ça. Est-ce qu’on parle de quelques jours, de quelques semaines, j’espère qu’on ne parle pas de mois», a souligné le Québécois.

«On va faire les procédures d’immigration correctement, mais là pour l’instant, de façon urgente, il faut qu’on retourne à Montréal», a-t-il ajouté.

À VOIR AUSSI  

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.