/news/politics
Navigation

Sondage: Charest loin derrière Poilievre pour la chefferie du PCC

Les partisans conservateurs souhaitent toutefois un chef de centre droit

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Confortablement en avance dans la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada (PCC), Pierre Poilievre devra néanmoins prendre au sérieux la menace que représente Jean Charest, puisque l’ex-premier ministre correspond davantage au profil de centre droit que les partisans souhaitent pour leur parti. 

• À lire aussi: Laïcité de l’État: Jean Charest opposé à la loi 21

• À lire aussi: Jean Charest: Le parcours d’une «bête politique»

• À lire aussi: Hyperactif en affaires, Charest a créé un gigantesque réseau de contacts

Les chiffres d’un nouveau sondage Léger/Le Journal/National Post effectué la fin de semaine dernière sont clairs : 41 % des électeurs conservateurs se rangent déjà derrière le député Pierre Poilievre, contre 10 % pour l’ancien premier ministre libéral du Québec.

« Le fait que Poilievre ait annoncé rapidement sa candidature a été à mon avis une excellente décision », explique le sondeur Jean-Marc Léger.  

Dans le cas de M. Charest, le saut sera confirmé ce soir à Calgary après plusieurs semaines de striptease politique.

S’il n’y a aucun « effet Charest » notable sur la ligne de départ, cette annonce devrait invariablement lui donner un « boom », dont bénéficient normalement les candidats lorsqu’ils sautent dans la mêlée, explique le sondeur.  

  • Écoutez l’entrevue de Benoit Dutrizac avec Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois sur QUB radio :  

 

Un combat régional

Les conservateurs choisiront le 10 septembre prochain le successeur d’Erin O’Toole, et Jean Charest misera sur les six prochains mois pour tenter de rattraper son concurrent, lentement mais sûrement.

Ayant déjà rallié environ le quart du caucus conservateur, Pierre Poilievre est particulièrement populaire dans les provinces des Prairies, surtout en Alberta, où il en mène large auprès des électeurs, dont 26 % voient en lui le meilleur leader.  

M. Poilievre devance M. Charest aussi en Ontario, avec 17 % chez les électeurs contre 10 % pour M. Charest. Au Québec et dans les provinces atlantiques, c’est Jean Charest qui recueille le plus d’appuis.

Ces régions ne sont pas des bastions conservateurs. Pour l’emporter, M. Charest devra en convaincre plus d’un de se procurer une carte de membre du PCC. Le sondage indique que la mission n’est pas impossible.

Un chef centriste  

Que veulent les électeurs conservateurs ?

Les trois quarts (76 %) d’entre eux désirent un chef qui misera sur la responsabilité fiscale, comme la réduction des déficits, les budgets équilibrés et la réduction des taxes. 

Les positions sur les questions sociales comme l’avortement ou l’immigration revêtent un rôle de second plan. 

Bonne nouvelle pour l’ancien premier ministre du Québec, seuls 13 % des partisans conservateurs veulent que leur chef se range à droite.

« Il part de loin, mais le programme que les gens veulent ressemble plus à l’image de Jean Charest qu’à celle de Pierre Poilievre », dit M. Léger.

Peu importe la bête politique qui l’emportera, pour l’instant elle ne suscite pas suffisamment d’engouement pour penser renverser les libéraux de Justin Trudeau. 

Les intentions de vote montrent que le PCC dirigé par Pierre Poilievre récolterait 30 % des appuis contre 34 % pour le PLC. Le scénario Jean Charest est largement similaire : le PCC récolterait 28 % contre 33 % pour le PLC.

Vous aimeriez vous aussi répondre à des sondages? Inscrivez-vous à LEO, le panel de Léger : https://bit.ly/3raMw62

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.