/sports/hockey/canadien
Navigation

«J’ai été au cégep de Saint-Laurent pour améliorer mon français»

SPO-KENT-HUGHES
Photo Agence QMI, Joël Lemay « Ne pas craindre d’avoir peur. » – Kent Hughes

Coup d'oeil sur cet article

Kent Hughes, un Québécois qui a grandi à Beaconsfield, est de retour chez lui à titre de directeur général du Canadien. Sa philosophie n’est pas compliquée : « Il ne faut pas craindre de tenter d’atteindre le sommet de nos possibilités dans la vie ».

Cela m’a fait mieux comprendre pourquoi il aurait tellement aimé rencontrer Nelson Mandela, et je cite Kent Hughes : « Nelson Mandela représente pour moi un homme qui avait la capacité individuelle de surmonter l’adversité devant lui et de pouvoir changer cela en une attitude positive. Mandela aurait pu céder sous la pression des gens autour de lui, mais au lieu de ça, il a continué de croire en ses convictions et à se battre pour la liberté de son peuple ».

Dans quelle région avez-vous vécu votre jeunesse ?

La famille demeurait à Pierrefonds, cependant, durant ma 5e année au primaire, nous sommes déménagés à Beaconsfield où j’ai passé la majorité de ma jeunesse avec mes frères Scott et Ryan.


Quelle influence vos parents ont-ils eue sur votre vie ?

Mon père, Emerson, et ma mère, Margaret, m’ont inculqué l’éthique au travail et m’ont appris que la famille était prioritaire.


Les vacances familiales se passaient en été.

Nous passions nos fins de semaine au chalet de mon grand-père situé au Parc des 14 Îles, tout près de Prévost, au nord de Saint-Jérôme. J’aime taquiner mon épouse et mes enfants en leur décrivant plus d’une fois mes exploits en ski nautique.


Pourquoi êtes-vous allé au cégep de Saint-Laurent ?

Après avoir refusé l’offre de l’Université de Dartmouth, le cégep m’a offert la possibilité d’améliorer mon français et de poursuivre ma carrière de hockeyeur.


Vous me soulignez qu’il y avait un bon groupe de dirigeants au sein de la Ligue Collégiale AAA.

Mon entraîneur-chef était Gérard Gagnon et un de ses adjoints était Marcel Patenaude, qui a occupé plusieurs postes au sein de la LHJMQ et de Hockey Québec. Au Collège Français, le directeur général était Yvon Pedneault.


Ensuite, ce fut le grand départ pour le Collège Middlebury.

J’ai passé quatre merveilleuses années à Middlebury avant d’amorcer une carrière en Suède qui a été écourtée après un an, dû à une blessure.


À quel moment avez-vous réalisé que vous n’aviez pas le talent pour jouer dans la LNH ?

PLUSIEURS années après que les autres l’avaient constaté.


Êtes-vous un bon cuisiner et êtes-vous habile avec des outils ?

Je suis devenu un expert de la nourriture de la cafétéria. Habile avec des outils ? En réalité, avec un outil dans mes mains, c’est comme si j’avais deux pouces gauches pour le tenir.


Votre première voiture était une Malibu 1976 de couleur vert armée.

Ma première voiture était une Malibu 1976 couleur vert armée, avec un sac à vidanges comme fenêtre du côté passager.


Le capot de votre voiture s’est ouvert pendant que vous conduisiez ?

Je m’apprêtais à prendre le pont Champlain lorsque soudainement le capot de ma voiture s’est ouvert.


Quelle a été votre réaction ?

Mon bon ami Alcindor s’est penché pour voir à travers l’ouverture et j’ai pu arrêter la voiture en toute sécurité en bordure du pont.


Vous avez dirigé P.J. Stock, Jean-François Houle et Philippe Lecavalier ?

Je venais passer mes étés à Montréal après mon année universitaire. J’ai fait mes débuts comme entraîneur dans une ligue d’été dont les trois joueurs que vous avez nommés faisaient partie.


Vous avez été un entraîneur de hockey ?

Depuis plusieurs années, je dirige des formations de jeunes dans la région de Boston, dont mes fils font partie. Plusieurs joueurs ont évolué au niveau universitaire, et encore aujourd’hui, ils communiquent avec moi pour des conseils.


Vous n’êtes pas des parents comme ceux dans le film Tanguy.

Nous sommes une famille unie qui vit de beaux moments ensemble, mais nous sommes toujours présents pour aider ceux qui connaissent des difficultés. Nous sommes l’inverse des parents de Tanguy, car nous voulons garder nos enfants le plus longtemps possible à la maison.


Blair Mackasey vous a bien préparé à surmonter les défis de la vie.

Blair Mackasey était mon entraîneur de hockey au niveau Pee-Wee et Bantam avec les Lions du Lac Saint-Louis. Il nous a tellement bien préparés pour affronter les défis sur une patinoire et dans la vie.


Vous avez un énorme respect pour Bob Gainey.

Le comportement de meneur de Bob Gainey au sein d’une équipe m’a toujours influencé.


Votre mère vous a guidé dans votre choix de carrière.

Elle m’a encouragé à choisir une carrière pour laquelle j’étais passionné. J’ai étudié la possibilité de devenir un entraîneur ou un agent de joueur. J’ai choisi de devenir agent de joueur.


Les hot dogs du Forum.

J’ai vu à l’œuvre les Lafleur, Cournoyer, Savard, Dryden, sans oublier les Carter, Raines et Dawson. J’ai de bons souvenirs des joueurs, mais aussi des fameux hot dogs que je dégustais en regardant le Canadien dans la section debout du Forum.


Vous avez trois enfants.

Ma fille Morgan (Moe), qui est à l’Université de Boston, et mes fils Riley et Jack, qui évoluent au hockey pour l’Université Northeastern, sont une source d’inspiration pour mon épouse et moi.


Vous allez vivre une expérience inhabituelle lors du prochain repêchage amateur.

Mon fils Jack est éligible au repêchage amateur. Habituellement, je devrais être assis à ses côtés. Cette fois, je serai sur la patinoire à le regarder assis dans les sièges du Centre Bell.


Vous avez rencontré votre future épouse à l’école primaire.

Mon épouse Reena, qui s’exprime très bien en français, et moi fréquentions la même école primaire à Beaconsfield. Nos vies se sont croisées un peu plus tard et nous nous sommes mariés. Mon épouse est le centre de l’univers de notre famille.


Lors de votre nomination avec le Canadien vous avez reçu un courriel de Guy Lafleur.

Je dois vous avouer que le courriel de félicitations de Guy Lafleur m’a beaucoup ému.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.