/finance/opinion/columnists
Navigation

Le prix des voitures électriques va exploser

FILES-US-AUTOMOBILE-ENVIRONMENT-FORD
Photo AFP Ford a promis de fabriquer 2 millions de véhicules électriques par année d’ici 2026. Sur cette photo, le modèle F-150 Lightning du constructeur automobile américain.

Coup d'oeil sur cet article

Le président américain voit du positif dans la flambée des prix du pétrole. Selon lui, elle devrait accélérer la transition vers les véhicules électriques... mais Joe Biden oublie une chose, et elle est cruciale !

Le prix des voitures électriques risque, lui aussi, de grimper en flèche. Cette semaine seulement, les analystes de la banque Morgan Stanley estiment que leur coût de fabrication a augmenté d’au moins 1000 $.

Au cœur du problème, il y a le coût des métaux nécessaires à la fabrication des batteries. Que ce soit pour le lithium, le cobalt, le nickel ou encore le manganèse, le prix avait déjà explosé avant la guerre. L’invasion russe de l’Ukraine n’a rien fait pour aider la situation. 

En ce moment, le monde traverse une crise des métaux d’une ampleur inédite. Cette semaine, la menace de voir le nickel russe bloqué sur les marchés mondiaux a fait bondir son prix à un niveau stratosphérique : 101 000 $ la tonne ! La Russie contrôle 10 % de la production mondiale de nickel.

La Bourse des métaux de Londres a même suspendu la négociation de ce métal pur, car son prix a doublé en moins de 24 heures. On n’a jamais rien vu de tel depuis son ouverture en 1877 !

Disponibilité

Mettre la main sur un véhicule électrique relève déjà de l’exploit. Il faut attendre au moins deux ans pour espérer conduire certains modèles prisés. Et tout indique qu’il faudra continuer d’être patient. La crise actuelle des métaux risque d’aggraver les pénuries.

Ford a promis de fabriquer 2 millions de véhicules électriques par année d’ici 2026, alors que GM espère en vendre 1 million d’ici le milieu de la décennie en lançant 30 nouveaux modèles. Avec la situation actuelle, c’est à se demander comment les fabricants pourront respecter leurs engagements. 

Le prix des métaux utilisés dans les batteries augmente à un rythme plus rapide que celui du pétrole. Nous sommes forcés de nous demander si la transition vers l’électrique prendra beaucoup plus de temps que prévu. 

Il ne faut pas oublier que le Canada veut bannir la vente de nouveaux véhicules à essence dès 2035. Est-ce que c’est toujours un échéancier qui est réaliste ? Aujourd’hui, la question se pose.

Dépêchez-vous !

En ce moment, les véhicules électriques se vendent environ 40 % plus cher que les modèles à essence comparables. Grâce au développement des technologies, les fabricants de batteries ont beaucoup réduit leur prix de vente ces dernières années. Or, ces progrès sont aujourd’hui menacés par la flambée de prix du lithium et du nickel.

Alors si vous songez à vous procurer un véhicule électrique, il pourrait s’avérer avantageux de passer à l’acte rapidement. Réservez votre modèle dès maintenant ! Et en signant un contrat de vente, vous pourriez éviter une hausse soudaine et probable des prix.

Donc, lorsque Joe Biden déclare que la guerre déclenchée par la Russie devrait encourager tout le monde à acheter une voiture électrique pour que « personne n’ait à se soucier du prix à la pompe », il oublie un phénomène majeur : la crise des métaux. 

Si le président américain espère que plus jamais « les tyrans comme Poutine ne pourront utiliser les combustibles fossiles comme armes contre d’autres nations », il pourrait être déçu. 

Si le prix des métaux reste élevé pendant plusieurs mois, comme le prévoient plusieurs analystes, les modèles électriques ne seront peut-être pas le remède espéré à la hausse du prix de l’essence. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.